logoweb.jpg

Viennent de paraître :

image de Quelques lettres à Lord Jim - Dominique Meens - editions Cynthia 3000
Quelques lettres à Lord Jim
de Dominique Meens
18 €. 202 pages.
[ lire la présentation ]
---

image d'Au pays du mufle - Laurent Tailhade - editions Cynthia 3000
Au pays du mufle
de Laurent Tailhade
20 €. 146 pages.
[ lire la présentation ]

Également disponibles :

Triling - Jean-René Lassalle - editions Cynthia 3000
Triling
de Jean-René Lassalle
9 €. Portefolio, 9 dépliants. [ lire la présentation ]


image du Moulin à parôles nostalgiques - Mickaël-Pierre - editions Cynthia 3000
Le Moulin à parôles nostalgiques
de Mickaël-Pierre
10 €. 80 pages.
[ lire la présentation ]

image d'Omajajari - Collectif - editions Cynthia 3000
Omajajari
Collectif
25 €. 338 pages.
[ lire la présentation ]


image de Carnets d'un basedowien - Jean-Marc Baillieu - editions Cynthia 3000
Carnets d'un basedowien
de Jean-Marc Baillieu
12 €. 92 pages.
[ lire la présentation ]

image de Troublant trou noir - Grégory Haleux - editions Cynthia 3000
Troublant trou noir
de Grégory Haleux
7 €. 65 pages.
[ lire la présentation ]

image de IL*** - Léo d'Arkaï - editions Cynthia 3000
IL***
de Léo d'Arkaï - suivi de
Pillard d’Arkaï, bandit des terres
, par Gilles Picq .
6 €. 60 pages.
[ lire la présentation ]

Etant donnes - editions Cynthia 3000
Étant Donnés
de Céline Brun-Picard
& Grégory Haleux
9 €. 104 pages.
[ lire la présentation ]

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
C.A.P.U.T 
par Cynthia 3000, le 31st December 2008

 

Collection de l’Art Populaire et de l’Underground Tacite

 

Comme vous l’avez remarqué, Cynthia 3000 est quelquefois de sortie. Entre février et octobre, c’est chaque dimanche en brocantes, ou vide-greniers, ou foires-à-tout, selon la région où vous vous trouvez.
En brocante, nous nous focalisons principalement sur les livres et les dzisques. Un jour de 2005, une peinture cependant attira notre attention. Depuis, c’est plus de 400 œuvres que Cynthia 3000, organe libre, anti-moderniste et néo-post-arrière-gardiste, a l’honneur de détenir. Aucun collectionneur ou musée de province ne peut se targuer d’avoir un tel patrimoine dans ses murs.

exposition CAPUT

Art populaire ? Voyons voir.
Parmi les choses dont les gens veulent se débarrasser en brocante, parmi les soupières, les cartons d’imprimés, les lots taille 8 ans, les cadeaux de
mariage enfin vomis, les Polly Pockets et les machines à pain, les 33T de Klaus Wunderlich et les ouvrages de Janine Boissard (si seulement il y en avait de Maurice !), se trouvent quelquefois des productions artistiques qu’ils ne souffrent plus. Tombées au rang de bricoles, ces œuvres, qu’un proche ou eux-mêmes ont réalisées, que sont-elles ?

Nous sommes en présence d’un art d’amateurs, aux techniques variées : du recyclage à la peinture sur toile préparée. Les sujets dénotent très peu de ce qu’on attend d’un art dit populaire : portraits, natures mortes, paysages, scènes animalières, intérieurs et petits métiers … Pourtant, et même si la manière tend le plus souvent vers le réalisme, nous percevons diverses intentions. Certaines des œuvres paraissent motivées par la haute idée de la peinture que se fait l’artiste : ainsi les paysages relèvent-ils surtout de l’imitation d’un genre noble. D’autres sont essentiellement guidées par l’aspect décoratif de la composition. D’autres encore, moins soucieuses peut-être de l’apparence de l’objet fini, de sa réussite, semblent trouver leurs fondements dans le plaisir de la manipulation, de la fabrication…

Souvent réalisées avec les moyens du bord et s’effritant sur des supports inadaptés, mal, pas ou trop bien cadrées, bâclées, inachevées, torchées ou léchées, les œuvres de la C.A.P.U.T. font sourire avant d’intriguer, ou l’inverse. L’idée de l’Underground Tacite est à relier à cette perplexité du visiteur, mais pas seulement. Elle vient aussi de l’échange qui a lieu sur le stand de la brocante : le vendeur, qu’il soit ou non l’artiste, semble toujours étonné que l’on s’intéresse à l’œuvre, qu’il nous présente, par sous-entendus de mime ou onomatopées rigolardes, comme la production d’un doucement dérangé. Quelquefois, ce que le vendeur renvoie, sans mots dire, à une bizarrerie, c’est notre propre intérêt.

Pour terminer cette présentation de la C.A.P.U.T., il faut enfin insister sur un autre point commun des pièces de la collection : le prix qui, pour la majorité d’entre elles, n’excédait pas 4 €. Car le vendeur que nous aimons, s’il est juste vendeur, ne se prend par pour un antiquaire et, s’il est aussi le créateur, n’a pas l’égo surdimensionné qui sied généralement à l’artiste du Marché. Les œuvres de la C.A.P.U.T. sont dévalorisées ou ont une valeur quasi symbolique. Si d’ailleurs il fallait leur trouver un symbole, ce serait celui de la poubelle, qu’elles auraient probablement rejoint si la C.A.P.U.T. ne les avaient accueillies.

Afin de donner à cette collection la visibilité qu’elle mérite, nous présenterons chaque semaine, en essayant de respecter l’ordre d’acquisition, l’une de ses merveilles.
Nous commencerons dès demain par la pièce n° 1.
En attendant, voici, accompagné de nos meilleurs vœux, un premier détail.

détail de n°1
4 Responses to “C.A.P.U.T” You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.
  1. Lucien Suel Says:

    Underground Tacite, quelle belle formule !
    Bonne année à vous Cyn & Thia.
    (avez-vous noté la parenté entre Maurice Boissard et Mauricette Beaussart ?)

  2. Cynthia Says:

    Ca ne vaut pas ta Station Underground d’Emerveillement, mais nous sommes touchés que la formule te plaise !
    Non, nous n’avions pas fait le rapprochement entre Maurice et Mauricette. Maintenant que tu le dis, l’évidence nous saute aux yeux, nous éblouit une lumière de Vérité. Le théatre de Boissard, la poésie de Beaussart ; le caractère trempé de Maurice, la beauté sauvage de Mauricette ; les chats de Boissard, les veaux de Beaussart. Arrêtons, de crainte de lasser, cette liste qui pourrait se poursuivre indéfiniment.
    Mais à propos, que devient-elle, cette chère Mauricette ? Nous l’avions laissée dans les bras de William, mais visiblement éprise d’Alfonsina…
    Bonne année à toi.

  3. L.S. Says:

    Ah, Mauricette ! Comme vous avez pu ne plus voir, elle a détruit sa blogue d’étoile point étoile, sauvagement !
    Elle est actuellement en soins intensifs (mélancolie profonde, PMD, etc…) à l’EPSM d’Armentières. Je la vois assez régulièrement puisque je travaille à un roman qui parlera de la douleur mentale. Son état a commencé à s’améliorer et je pense qu’en 2009 elle reviendra sur net.
    Amitiés à vous deux.
    L
    et un peu plus d’informations, n aperçu sur mes projets en 2009 :
    Travaux en cours : Un roman, « La patience de Mauricette » dans le cadre d’une résidence à l’EPSM (hé oui !) d’Armentières. Une traduction « Book of Sketches » de Jack Kerouac, pour le compte des éditons de La Table Ronde. Une exposition de mes « Dessins idiots » à Marseille et à Béthune.
    Lectures publiques et performances prévues à Liévin, Armentières, Marseille, Lille, Toulouse, Rennes, Marcq en Baroeul, Béthune, Arras, Angers, La Ricamarie, Esquelbeck…
    Parution prévue : « Les versets de la bière - Journal 1986-2006 » aux éditions du Dernier Télégramme (mai 2009).
    Et toujours en librairie avec un certain succès, mon premier roman « Mort d’un jardinier ».

  4. Foutre de Dieu Says:

    Comme votre blog est beau et comme j’aime vous lire et comme je suis heureux d’être une fois de plus passé par là !
    Alors comme je suis un fervent consultant des expositions de la C.A.P.U.T. (rêvant d’y tenir moi-même tout entier en momie véritable), c’est l’endroit que j’ai choisi pour y déposer ce commentaire en forme d’amour inconditionnel de vous.
    soyez forts, comme castor et pollux
    soyez beaux, comme isidore et clémentine
    soyez durables comme Dave et lopman

    ! que viva Cynthia 3000 !

Votre commentaire :

Tapez ici votre texte :



© 2018 Cynthia 3000 - editions
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.