logoweb.jpg

Viennent de paraître :

image de Quelques lettres à Lord Jim - Dominique Meens - editions Cynthia 3000
Quelques lettres à Lord Jim
de Dominique Meens
18 €. 202 pages.
[ lire la présentation ]
---

image d'Au pays du mufle - Laurent Tailhade - editions Cynthia 3000
Au pays du mufle
de Laurent Tailhade
20 €. 146 pages.
[ lire la présentation ]

Également disponibles :

Triling - Jean-René Lassalle - editions Cynthia 3000
Triling
de Jean-René Lassalle
9 €. Portefolio, 9 dépliants. [ lire la présentation ]


image du Moulin à parôles nostalgiques - Mickaël-Pierre - editions Cynthia 3000
Le Moulin à parôles nostalgiques
de Mickaël-Pierre
10 €. 80 pages.
[ lire la présentation ]

image d'Omajajari - Collectif - editions Cynthia 3000
Omajajari
Collectif
25 €. 338 pages.
[ lire la présentation ]


image de Carnets d'un basedowien - Jean-Marc Baillieu - editions Cynthia 3000
Carnets d'un basedowien
de Jean-Marc Baillieu
12 €. 92 pages.
[ lire la présentation ]

image de Troublant trou noir - Grégory Haleux - editions Cynthia 3000
Troublant trou noir
de Grégory Haleux
7 €. 65 pages.
[ lire la présentation ]

image de IL*** - Léo d'Arkaï - editions Cynthia 3000
IL***
de Léo d'Arkaï - suivi de
Pillard d’Arkaï, bandit des terres
, par Gilles Picq .
6 €. 60 pages.
[ lire la présentation ]

Etant donnes - editions Cynthia 3000
Étant Donnés
de Céline Brun-Picard
& Grégory Haleux
9 €. 104 pages.
[ lire la présentation ]

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Amazon, n°1 de l’indisponible 
par Cynthia 3000, le 24th August 2009

 

Régulièrement nous nous rendons compte que de vrais amoureux du livre (ou auto-proclamés tels) ne voient pas de problème à fricoter avec Amazon, qu’ils soient lecteurs, éditeurs ou prescripteurs. Nous en avions déjà parlé sur ce blog, et cela nous consterne toujours autant. Yves Letort s’en afflige également dans une intéressante note sur l’indépendance de la critique, qui nous a rappelé de boucler l’article que voici.

 

Nous savions déjà qu’Amazon pouvait demander à ses éditeurs partenaires des remises telles que le plus cupide des libraires n’oserait même les imaginer [1]. Nous savions des éditeurs assez fous ? irréfléchis ? désespérés ? pour accepter ces conditions (qu’ils refuseraient au plus merveilleux des libraires) et contribuer, par leur présence en ses rayons, à la notoriété du marchand (notoriété dont on sait qu’elle se fonde, pour une bonne part, sur la quantité de l’offre).
Et puis c’est un peu par hasard que nous avons découvert, il y a quelques temps, qu’Amazon recensait dans son catalogue de vente en ligne deux de nos livres, sans que nous n’ayons rien demandé. Il*** et Etant donnés y ont en effet leur page de présentation, quasi vide à l’exception d’une mention d’indisponibilité. Indisponibles, nos livres ? Bien sûr que non.

(Soit dit en passant, nous tenons là l’explication à un ancien étonnement [2] : les nombreux titres, de différentes maisons, notés indisponibles chez le maître mais que l’on peut se procurer sans problème ailleurs, ne témoignent pas d’un manque de régularité dans la mise à jour des pages, mais plus simplement du fait qu’Amazon s’en tient à son objectif affirmé : une recension exhaustive, « l’intégralité du catalogue francophone » [3], quitte à inclure des titres qu’il n’a pas la possibilité de vendre.)

Amazon se contenterait-il de relayer l’existence des ouvrages, sans laisser entendre qu’ils sont épuisés, qu’on ne le remercierait déjà pas : à quoi bon ? de quoi se mêle-t-il ? et puis nous considérons de toute façon qu’il nous fait une mauvaise publicité en laissant entendre que nous collaborons avec lui.
Mais dans l’état actuel de l’affichage il y a vraiment de quoi râler, car la question de l’intérêt que des éditeurs (ceux non désireux de sacrifier leur hypothétique marge pour profiter de/à la visibilité du monstre) pourraient trouver à bénéficier d’une présentation si sommaire et fumeuse ne se pose même pas : titre, auteur, éditeur, ISBN, puis : « Disponibilité : Actuellement indisponible. Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s’il le sera. » - voilà qui a de quoi décourager le lecteur (ou de quoi le faire rire quand il s’agit de l’édition originale d’une absolue rareté bicentenaire).

Il est, en revanche, bien naturel que nous nous demandions pourquoi Amazon nous affiche ainsi.
Cherche-t-il à nous inciter à souscrire à un partenariat pour la vente de nos livres ? L’abonnement à Avantage [cf. note 1] apparaît en effet comme le meilleur recours pour officialiser la relation et pour combler l’insuffisance du catalogage… Mais Amazon n’ayant jamais entrepris aucune négociation à notre égard, n’ayant pas même insinué qu’un partenariat serait intéressant, rien ne permet d’affirmer qu’il a une intention de ce type.
De notre côté, ne souhaitant aucunement convoler avec la bête, mécontents de cet affichage, nous avons tenté, sans succès, de faire retirer nos titres du site [cf. échange de mails plus bas]. Et Amazon de nous suggérer, en réponse, de remplir un hallucinant formulaire de « plainte pour violation de droits » (où l’on remarque que nous sommes loin du climat qui permettrait d’envisager une collaboration…).
Un an après ces stériles échanges, nos livres sont encore en place, toujours aussi indisponibles [4].

Bien, et alors quoi ?
Si Amazon d’un côté laisse entendre qu’il n’en veut pas plus, agissant comme s’il se contrefoutait d’obtenir le contrat pour vendre ces titres, mais que de l’autre il montre qu’il n’en veut pas moins, en faisant la sourde oreille lorsque l’éditeur incommodé lui demande de les retirer du site, c’est évidemment qu’il trouve avantage à ce statu quo.
Et certes : ne lui suffit-il pas d’user de la mention douteuse déjà citée pour dissuader le client de se renseigner plus avant, et donc de faire par lui-même - et ailleurs -, les recherches qui le mèneront à l’achat du livre ? Car l’important, le plus important, c’est bien que ce client reste chez Amazon, et qu’admiratif, il constate qu’on y répertorie tout – tout, vous pensez, même des maisons microscopiques comme Cynthia 3000 ! – afin qu’il poursuive, confiant, le remplissage de son caddie. Si toutefois un soupçon d’insatisfaction ou de doute le taraude, il pourra sans peine se rassurer en pensant, au choix :
- que le géant n’actualise pas assez souvent ses pages (« mais avec tout ce qu’il y propose, on peut bien lui pardonner ce travers »)
- que commander les ouvrages des petites maisons est aussi compliqué chez Amazon que chez le libraire du coin (« mais au moins, avec Amazon, pas besoin de sortir de chez soi »)
- que les petites maisons ne tiennent pas la cadence, sortent des titres et les laissent s’épuiser en deux ans, etc. (« en plus elles font rien qu’à encombrer les tables des librairies »)

On note que dans tous les cas Amazon s’en tire en beauté, manipulant le chaland et utilisant l’éditeur sans risquer un cheveu. Le petit éditeur, lui, tape vainement du poing devant son écran, puis se décide à faire une note de blog. Au cas où d’autres comme lui, touchés et agacés par le procédé voudraient, eux aussi, faire un peu de bruit.
Car comment admettre sans moufter qu’Amazon se soit forgé, et consolide sans cesse, une image d’incontournable du secteur, de n°1, lorsque cette image repose sur des pratiques aussi lamentables et mensongères, abusant les clients et détournant sans ambages le catalogue des autres.

 

***

 

Message initial : éditions Cynthia 3000 à Amazon (formulaire « questions marketplace »), le 20 juillet 2008 :

[Prière de faire suivre ce message au service chargé des relations avec les éditeurs]

Bonjour,

En tant que responsable des éditions Cynthia 3000, je me permets de vous contacter au sujet de la présence de nos titres dans votre catalogue de vente en ligne. En effet, n’ayant conclu aucun partenariat qui vous autoriserait à vendre nos livres, je ne comprends pas pour quelle raison deux d’entre eux, "Etant donnés" et "IL***", figurent dans votre boutique, et je souhaiterais que vous me l’expliquiez.
Qui plus est, la mention de disponibilité qui est affichée à leur propos est tout à fait trompeuse pour les clients qui cherchent à se les procurer : vous indiquez qu’ils sont indisponibles, et que vous ne savez quand vous en serez "de nouveau approvisionné".
Or, nous ne vous avons jamais "approvisionné", puisque nous n’avons jamais souscrit au partenariat Avantage(ux ?) que vous proposez aux éditeurs, et ne souhaitons pas le faire. Il me semble donc malvenu que vous sous-entendiez l’existence d’un tel partenariat, et que vous prétendiez avoir été précédemment approvisionné de ces deux ouvrages.
D’autre part, aucun de nos titres n’est "indisponible", tous peuvent être commandés sur notre propre site de vente en ligne, ce qui rend votre mention mensongère.
Je vous demande donc soit de retirer tout bonnement nos titres de votre catalogue, soit de modifier l’indication de disponibilité en utilisant une formulation qui ne porte pas à confusion, telle que "non distribué par Amazon, disponible chez l’éditeur (lien)"

Céline Brun-Picard
éditions Cynthia 3000
71 boulevard Hippolyte Faure
51000 Châlons-en-Champagne
cynthiatroismille@yahoo.fr
http://www.cynthia3000.info/

*

> Réponse : Valérie G. (service client Amazon) à Cynthia 3000, le 28 juillet 2008 :

Chere Madame Celine Brun-Picard,

Merci d’avoir contacte Amazon.fr.
Suite a votre message nous avons fait de plus amples recherches avec les departements concernes pour comprendre et resoudre votre probleme.
Nous vous invitons donc a visiter les pages de nos conditions generales de vente, dont vous retrouverez l’adresse URL ci dessous, et de remplir le formulaire de notification afin que nous retirions de la vente vos deux ouvrages.
http://www.amazon.fr/gp/help/customer/display.html?ie=UTF8&nodeId=548524
Nous esperons que cette information vous sera utile, et nous vous remercions pour votre patience et votre cooperation.

Merci de nous indiquer si cet e-mail a repondu a votre question :
Si oui, cliquez ici : http://www.amazon.fr/rsvp-y?c=uqexdgqd3392867028
Si non, cliquez ici : http://www.amazon.fr/rsvp-n?c=uqexdgqd3392867028&q=frff

Veuillez noter que ce message vous a ete envoye d’une adresse qui ne peut recevoir d’e-mails.
Pour toute autre question, merci de bien vouloir consulter les pages d’aide de notre site.
Cordialement,

Valerie G.
Service Client Amazon.fr
http://www.amazon.fr

*

>> de Cynthia 3000 à Valérie G. (service client Amazon), le 28 juillet 2008 :

En vous priant de faire suivre aux services chargés des relations avec les éditeurs.

(En réponse à un message de "Valérie G. - service client Amazon", qui m’a "ete envoye d’une adresse qui ne peut recevoir d’e-mails")

Madame "Valérie G.",

Rien dans ma demande ne justifie que je m’intéresse à vos conditions générales de vente. Je vous rappelle que je ne souhaite pas adhérer à "Avantage", ni à aucun autre partenariat qui me lierait à vos services, et que par conséquent, vos conditions contractuelles, ou de vente, ou autres, ne me concernent pas.
D’autre part, pour les mêmes raisons, je ne vois pas pourquoi vous souhaitez m’imposer l’utilisation d’un formulaire rédigé par vos soins, au lieu de vous en tenir au contenu, que je crois assez explicite, de mon précédent message.
Qui plus est, ma démarche n’a rien d’une "Notification de contenu diffamatoire" et ne me semble pas à première vue ressembler à une "Notification de violation des droits de propriété intellectuelle", or les seuls formulaires auxquels vous me renvoyez portent sur ces sujets.
Je vous prie donc de prendre en considération mon premier mail (en copie ci-dessous), qui contient un exposé clair de ma requête (retrait de nos titres, présents sans notre accord dans votre catalogue de vente ; ou modification notoire de la mention de disponibilité), et une demande d’explications (en l’absence de contrat entre notre maison d’édition et votre site de vente, pourquoi nos titres y sont-il présents ?) à laquelle vous n’avez pas encore répondu.
En vous remerciant de bien vouloir donner suite à ma demande, ou de me diriger vers un interlocuteur compétent en la matière.

Céline Brun-Picard
Editions Cynthia 3000

*


>>>> Réponse automatique : de service Qualité Amazon à Cynthia 3000, le 28 juillet 2008

Cher vendeur,

Merci d’avoir pris contact avec nous.
Ceci est une notificaton automatique confirmant que nous avons bien recu votre message en reponse a l’email envoye par performance-vendeur ou concernant une violation de nos regles de communaute sur notre plateforme.
Merci de ne pas repondre a cet email.

Le service Qualite d’Amazon.fr va sans attendre enqueter sur le probleme mentionne et nous vous garantissons que l’action necessaire sera prise une fois nos recherches terminees.
Nous vous informons egalement que pour des raisons de confidentialite, nous ne pouvons pas vous tenir au courant des resultats de nos enquetes. Si des informations supplementaires s’averent necessaires pour completer nos recherches, le service Qualite d’Amazon.fr prendra contact avec vous.

[…ici une longue liste de liens vers différentes pages d’aide d’Amazon…]

Cordialement,

Le service Qualite Amazon.fr

 

***

 

Une copie du message initial, renvoyé à Amazon le 24 juillet 2008 par le biais d’un autre formulaire, obtint de son côté deux réponses automatiques. La première exactement similaire à celle présentée ci-dessus, la deuxième, que nous reproduisons ci-dessous, contenant le formulaire de notification de plainte pour violation de droits, qui s’achève sur une déclaration sous peine de parjure. Rien que ça (à lire sur l’air de Brazil).

 

2e réponse automatique : « performance vendeur » Amazon à Cynthia 3000, le 24 juillet 2008

A votre attention de la part d’Amazon.fr. 

Nous vous remercions de votre email.
Si vous pensez que vos droits de propriété intellectuelle font l’objet d’une violation dans le cadre de tout article ou de toute information contenu(e) sur le site d’Amazon.fr, vous devez remplir le Formulaire de Notification (ci-dessous) en utilisant les paragraphes numerotes correspondant afin de structurer votre communication. Vous pouvez envoyer ce formulaire signé sous format PDF ou par télécopie à l’adresse suivante :

PDF par courrier électronique : notification@amazon.fr
Objet : Plainte pour violation de droits

OU
Télécopie : +33 (0) 1 56 60 46 01

(Nous acceptons un fichier PDF signé et envoyé par courrier électronique ou par télécopie avec un objet indiquant « Plainte pour violation de droits », sauf accord contraire préalablement conclu avec vous indiquant un autre moyen de transmission).

Veuillez remplir le Formulaire de Notification en utilisant les paragraphes numérotés correspondant afin de structurer votre communication :

——————————————————–

Formulaire de Notification

Re : www.Amazon.fr  (nom commercial d’Amazon EU SàrL et Amazon Services Europe SARL)

Je soussigné, [INSERER VOS NOM, PRENOM, ET FONCTION] chez [NOM DE LA SOCIETE, LE CAS ECHEANT], déclare ce qui suit :

(1) Coordonnées :

(a) Vos nom, adresse, numéro de téléphone et adresse de courrier électronique et/ou nom, adresse, numéro de téléphone et adresse de courrier électronique de votre entreprise ;

(b) Nous communiquerons aux Vendeurs Tiers (le cas échéant) l’adresse de courrier électronique et/ou le nom de contact de sorte qu’ils puissent vous joindre en vue de résoudre tout problème quant à la notification que vous nous avez envoyée. Dans le cas où vous ne nous fournissez pas une adresse de courrier électronique séparée, vous nous autorisez à utiliser les coordonnées fournies à la section (1)(a).

(2) Numéros ASIN (ou ISBN-13 le cas échéant) des fiches descriptives et Allégation de violation de droits :

(a) Le numéro ASIN/ISBN-13 qui figure sur les fiches descriptives ou la description détaillée des informations que vous considérez comme constituant une violation de vos droits figure sur le site ; si cela concerne une fiche descriptive dun Vendeur Tiers, veuillez également donner le nom utilisé afin d’identifier le Vendeur sur le site (recherchez la rubrique « expédié et vendu par _____ » ou « par ______ » dans la fiche descriptive).

(b) Une description de votre / vos droit(s) de propriété intellectuelle que vous considérez comme ayant été violé(s) (par exemple, copyright, marque de fabrique ou brevet) par les informations contenues dans ou pour ce numéro ASIN/ISBN-13.

[REPETEZ LA SECTION (2)(a-b) autant de fois que nécessaires pour chacun des articles, cf. exemple de Formulaire de Notification.]

(3) Inclure la déclaration suivante : « Je pense sincèrement que la partie de la ou des fiche(s) descriptive(s) décrite(s) ci-dessus viole les droits de propriété intellectuelle détenus par le titulaire de la propriété intellectuelle ou son représentant, et que cette utilisation est interdite par la loi ».

(4) Inclure la déclaration suivante : « Je déclare, sous peine de parjure, que les informations contenues dans la présente notification sont correctes et exactes et que je suis le titulaire de la propriété intellectuelle ou autorisé à agir pour le compte de ce dernier au titre des droits décrits ci-dessus. »

(5) Signer le Formulaire de Notification.

——————————————————–

Cordialement,

Performance Vendeur
Amazon.fr

 

[1] Avantage est un partenariat proposé aux éditeurs et qui – en regard des conditions et remises demandées par Amazon - porte mal son nom. Sabordage eut mieux reflété les qualités de l’offre : droit d’adhésion annuel de 49€99, remise de 50% sur les ventes, possibilité pour Amazon de rayer du catalogue, réexpédier (aux frais de l’éditeur) ou détruire un livre qu’il avait pourtant demandé à l’éditeur - par exemple s’il se vend trop mal -, ou encore de refuser le livre commandé sans même exposer de raisons, etc.
On trouvera toutes ces clauses - et peut être d’autres plus amusantes encore - dans ces pages : Instructions et règles applicables aux programmes Avantage et Contrat d’adhésion

[2] Voir cette note de 2007 : La fable du pionnier et du serveur, où nous disions : « Si Amazon répertorie un grand nombre de publications, provenant d’un large choix d’éditeurs, son grand tort est de faire figurer plus souvent que nécessaire la mention « actuellement indisponible » dans la description des ouvrages listés.
Les usagers les plus innocents– nous en avons été –, et confiants dans le sérieux de la boutique, croiront l’ouvrage purement et simplement épuisé - et d’aller de pied ferme pleurer leur mère sur l’autel du pilon précoce. Les plus vaillants et habitués des sournoiseries du grand commerce, les heureux, ne s’y tromperont pas : ils chercheront référence de la perle « rare » ailleurs (sur d’autres sites de vente en ligne, chez l’éditeur, auprès d’un libraire) et auront parfois, souvent, le loisir de commander l’ouvrage - et de rire comme des baleines de la piètre qualité du suivi des stocks chez le mammouth de la vente en ligne – ou, plus sérieusement, de s’inquiéter d’une réputation de quasi-exhaustivité qui repose, comme c’est surprenant, sur effet d’annonce et élasticité des significations »

[3] Ils ont tout, disent et redisent-ils. Voir cette page : Qui sommes-nous ?

[4] Usant nous-même du détournement, nous avons par la suite tenté de nous servir des pages dédiées aux commentaires client, qui sont en lien sous chaque livre du catalogue Amazon, pour rectifier la formule de disponibilité. Notre commentaire était le suivant : « Il***, de Léo d’Arkaï, peut être commandé très simplement sur notre site (éditions Cynthia 3000 : http://www.cynthia3000.info). Il n’est pas vendu sur Amazon (avec qui nous ne travaillons pas), mais Amazon persiste à le mentionner comme "indisponible" et à le répertorier, malgré nos demandes de retrait… Les éditeurs. » Ce commentaire n’a bien sûr jamais été validé par Amazon.

12 Responses to “Amazon, n°1 de l’indisponible” You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.
  1. Le Tenancier Says:

    Je m’interroge : n’y a-t-il pas ici un cas flagrant de “refus de vente” de la part d’Amazon ? En effet, l’ouvrage Ă©tant parfaitement disponible, Amazon ment donc sur les conditions de son acquisition . Peu importe que vous ne dĂ©siriez pas travailler avec eux. Ils ont le tort de dire qu’ils auraient eu la possibilitĂ© de l’avoir ce qui est manifestement faux…

  2. GĂ©rard Says:

    Pourquoi ne pas constituer un amazon de l’Ă©dition indĂ©pendante, en mutualisant les moyens et en bĂ©nĂ©ficiant d’aides publiques en faveur de la culture (car ce projet le mĂ©riterait amplement) ?

    La faute d’Amazon dans votre cas est de propager des informations dommageables Ă  votre activitĂ©. Le CNL a dĂ©jĂ  rĂ©flĂ©chi Ă  ce problème particulier mais je ne sais plus oĂą ils en sont de leurs rĂ©flexions.

  3. ArD Says:

    Merci pour cette démonstration sur les coulisses amazoniennes qui régissent les relations avec les éditeurs.

    Toutefois, de votre dĂ©monstration se dĂ©gage une ambiguĂŻtĂ©. En utilisant la mention ‘”article indisponible”, et non la mention “article indisponible chez l’Ă©diteur”, en quoi Amazon dissuade le client de se renseigner plus avant, et de tenter d’acquĂ©rir ce livre ailleurs?

    Il me semble que tout bonnement, on en déduit que le livre est indisponible chez le fournisseur Amazon, et que cette mention pousse à aller voir ailleurs, non ?

    Ceci n’enlève rien du caractère malhonnĂŞte de cette mention sur le fond, puisque ce livre pourrait ĂŞtre disponible (Ă©ventuellement).

  4. Cynthia 3000 Says:

    > Tenancier : merci pour la piste ; cependant nous avons pas vraiment envie de creuser du côté juridique. Nous tenions surtout à informer sur ce genre de pratiques.
    D’autre part, ta mention du “refus de vente” nous fait sourire car elle nous rappelle un amusant Ă©change de mails avec un libraire bien connu et souvent citĂ© comme exemple de la librairie indĂ©pendante. Puisque les coulisses des relations Ă©diteurs/librairie semblent intĂ©resser, nous offrons ici cet Ă©change :

    @ de Libraire X Ă  Cynthia 3000 :
    Ci-joint, bon de commande.
    Bien sincèrement,
    [signature]

    @ de Cynthia 3000 Ă  Libraire X :
    DĂ©solĂ©s de vous avoir fait attendre…
    Notre excuse Ă©tant qu’ayant au dĂ©part seulement envisagĂ© la vente directe, nous n’avions pas dĂ©fini de conditions de vente auprès des libraires.
    Les voici :
    - nous vendons aux libraires, en commande ferme, à partir de 3 exemplaires et selon les modalités suivantes :
    . remise de 40 % sur le prix des livres
    . frais de port Ă  la charge du libraire.

    Evidemment, les frais de port, Ă©tant Ă  votre charge, font baisser votre remise effective qui, pour une commande de 3 ouvrages, se situe entre 26 et 28 %, et pour une commande de 5 ouvrages, entre 30 et 32 %.

    - nous ne vendons donc pas nos livres Ă  l’unitĂ©, sauf directement auprès des lecteurs, par l’intermĂ©diaire de notre site. Si vous avez des commandes uniques de lecteurs, vous pouvez, et nous vous en serions reconnaissants, leur dire de nous contacter ou de commander sur notre site.

    Ces conditions pas très standard tiennent au fait que nous sommes une très petite maison d’Ă©dition (association Ă  but non lucratif) et nous permettront de continuer notre activitĂ©.

    Bien cordialement,

    Céline Brun-Picard & Grégory Haleux

    @ de libraire X Ă  Cynthia 3000 :
    Il apparaît en effet évident, à vous lire, que la question de la diffusion par la librairie et de son rôle, n’a pas été pour vous une préoccupation première.
    Au delĂ  de votre dĂ©sarmante naĂŻvetĂ© nous ne pouvons que vous conseiller tout de mĂŞme d’aller voir du cotĂ© du code du commerce (articles concernant le refus de vente) et de la loi du 10 aoĂ»t 1981 relative au prix du livre qui, entre autres, fait obligation aux professionnels du service de la commande Ă  l’unitĂ©. Nul n’est censĂ© ignorer…

    Mais vous avez raison, nous allons conseiller Ă  notre client (le conseil et les recherches c’est notre boulot), d’aller voir sur le net, c’est plus “moderne” et bien plus rigolo.

    Bien sincèrement,
    [signature]

    @ de Cynthia 3000 Ă  Libraire X :
    Nul n’est censĂ© ignorer quoi ?
    Pouvez-vous nous dire en quoi nous faisons entorse Ă  la loi sur le prix du livre et au code du commerce ?
    D’après ce que nous avons lu :
    - le refus de vente ne concerne que la relation commerciale entre dĂ©taillant et consommateur (donc “non professionnel”).
    - l’obligation de service gratuit de commande Ă  l’unitĂ© ne concerne que le dĂ©taillant envers le consommateur et non le fournisseur envers le dĂ©taillant.
    Nous ne vous interdisons pas de nous commander Ă  l’unitĂ© mais, vues nos mĂ©thodes de fonctionnement, nous ne pourrions pas vous offrir une remise qui vous permettrait de rentrer dans vos frais.
    Si vous jugez que ce procĂ©dĂ© est douteux, nous aimerions que vous nous prĂ©cisiez en quoi, afin qu’Ă©ventuellement nous revoyions nos conditions.

    Nous aurions apprĂ©ciĂ© que vous nous rĂ©pondiez avec un ton plus sympathique et pensons que, dans le but de maintenir un contact cordial entre libraire et Ă©diteur, il serait prĂ©fĂ©rable d’expliquer clairement ce qui est jugĂ© litigieux plutĂ´t que d’en venir immĂ©diatement Ă  des qualificatifs dĂ©sagrĂ©ables et des rappels imprĂ©cis de lois et de codes (et des formules ironiques et dĂ©placĂ©es sur l’internet rigolo).
    Vous semblez ne pas prendre en compte que nous sommes une très petite maison d’Ă©dition (associative), ce qui peut impliquer que nous n’avons ni les mĂŞmes moyens ni le mĂŞme type de fonctionnement que vos plus gros interlocuteurs. Nous aurions pu nous en tenir Ă  notre projet initial de seule vente directe, mais avons jugĂ© qu’il serait de bon sens de rendre possible une certaine prĂ©sence en librairie. Dans l’Ă©tat actuel de nos phynances, rĂ©pondre Ă  toute commande unique de libraires se rĂ©sumerait pour nous Ă  de la vente Ă  perte pure et simple, avec un service rendu proche de zĂ©ro.
    Quant Ă  votre approche du net, elle est bien loin des conceptions que nous en avons.
    Et le conseil et la recherche, qui sont certes prĂ©sents de votre cĂ´tĂ©, le sont aussi du nĂ´tre. Il vous suffirait de parcourir notre site pour vous rendre compte que nous ne nous contentons pas d’une simple boutique.
    En espérant votre réponse,
    bien cordialement

    Céline Brun-Picard & Grégory Haleux.

    L’Ă©change s’est arrĂŞtĂ© lĂ …

  5. Cynthia 3000 Says:

    > GĂ©rard : certains s’y essaient, par exemple la librairie de Lekti-Ă©criture : http://www.lekti-ecriture.com/librairie/

    Mais la concurrence est rude (avec les frais de port gratuits chez Amazon, notamment) et le terrain est bien occupĂ© par les “gĂ©ants” - grâce, d’ailleurs, Ă  nombre de prescripteurs (blogueurs,critiques ou magazines en ligne) qui renvoient systĂ©matiquement, sans (avoir l’air de) se poser de questions, vers ces grandes enseignes dès qu’ils causent d’un auteur ou d’un livre. Bien des lecteurs prennent de ce fait de mauvaises habitudes : ils veulent un livre et cherchant avant tout la commoditĂ©, ils vont voir chez Amazon s’il est disponible et combien il coĂ»te, et s’abstiennent souvent de chercher d’autres moyens de se le procurer.

    Nous n’avions pas connaissance de rĂ©flexions du CNL Ă  ce sujet, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

  6. Le Tenancier Says:

    Édifiant, il est vrai. La loi sur le prix unique du livre n’implique pas que vous deviez en passer forcĂ©ment par la librairie pour vendre vos ouvrages. Le libraire que je suis - et que je fus longtemps dans le domaine du livre neuf - comprend fort bien votre point de vue. Du reste, c’est parfois possible dans un champ Ă©troit d’application en fait, on peut reporter les frais de port sur le prix de vente fait au client.
    En tout cas, vous n’Ă©tiez en aucun cas en position de refus de vente. Vos conditions commerciales ne pouvaient convenir Ă  ce libraire. Amazon l’est puisque l’indisponibilitĂ© est signifiĂ©e Ă  des particuliers

  7. Cynthia 3000 Says:

    > ArD : vos interrogations nous Ă©tonnent, parce qu’elles contiennent les Ă©lĂ©ments de rĂ©ponse…
    Si Amazon dissuade le client de se renseigner ailleurs, c’est bien parce que la mention d’indisponibilitĂ© n’est pas complĂ©tĂ©e de la prĂ©cision que ce n’est que chez eux que le livre n’est pas disponible !
    C’est aussi parce que la phrase “Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionnĂ©” laisse entendre qu’il a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© disponible chez Amazon et que s’il ne l’est plus… cela ne peut qu’ĂŞtre Ă  cause de l’Ă©diteur… qui ne l’a plus en stock et ne le fabrique plus.
    Si nous pensons que cette mention d’indisponibilitĂ© dissuade le lecteur, c’est aussi que non seulement nous-mĂŞmes sommes dĂ©jĂ  tombĂ©s dans le panneau, mais en plus nous avons eu des retours de lecteurs Ă©tonnĂ©s, après avoir Ă©tĂ© enduits d’erreur par Amazon, d’apprendre que le livre existait toujours.

  8. ArD Says:

    MERCI pour ces dĂ©tails qui m’enrichissent d’une lecture que je n’avais pas eue. En effet, le critère d’indisponibilitĂ© (sans prĂ©cision) m’Ă©voque avant tout un problème de stock chez le fournisseur en question, quelle qu’en soit la raison.
    Cette mention m’Ă©voque plutĂ´t une incapacitĂ© Ă  s’approvisionner qu’une incapacitĂ© Ă  ĂŞtre fourni. Du coup, je persĂ©vère dans mes recherches si je me trouve devant un tel cas.

  9. thomas p Says:

    C’est amusant je viens de tomber sur votre site par hasard (et tant mieux d’ailleurs, car je complète ainsi ma liste de maisons d’Ă©ditions Ă  contacter !!) et cet article m’a interpellĂ©. L’ouvrage citĂ© sur la page que j’ai mis en lien essuie la mĂŞme dĂ©convenue que celle que vous dĂ©crivez. Petit Ă©diteur Ă©galement…
    A noter dans ce cas prĂ©cis qu’occasionnellement des exemplaires d’occasion peuvent se retrouver en vente sur la marketplace d’amazon, ce qui peut vous donner une motivation de plus Ă  leur comportement…

Votre commentaire :

Tapez ici votre texte :



© 2018 Cynthia 3000 - editions
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.