Enquête du Mercure de France en novembre 1903 :

 

QUELQUES OPINIONS SUR PAUL GAUGUIN

 

Monsieur,
La mort de Paul Gauguin, un peu oublié depuis quelques années dans le lointain exil où il avait fui notre civilisation, rappelle à l’attention de tous son nom et son œuvre.
Il appartient à notre revue d’offrir à l’opinion les moyens d’apprécier justement, définitivement, un artiste discuté avec passion, comme fut celui-ci.
Ce sont les éléments de cette certitude que nous demandons à un petit nombre de personnes bien placées pour nous répondre.
Voulez-vous avoir la bonté de résumer en une page au plus ce que vous pensez de Paul Gauguin : de son talent, de sa doctrine, de son œuvre, de son influence, de son attitude ?

 

RÉPONSE DE FAGUS :

 

Ce surgeon maudit des vieilles races étouffées harassa ses sèves à se débattre contre notre civilisation pour se dépêtrer d’elle, et se débattre contre lui-même pour s’y acclimater, usa toute sa vie à chercher dans les ténèbres et la nature et sa nature. Il retrouva à la fin la voie vers ses dieux authentiques : il eut le temps encore, il eut le temps tout juste de leur bâtir et se bâtir un temple, puis expira, épuisé, sur le seuil. Nous faisons allusion à ses derniers ouvrages connus ; une sérénité comme virginale, une aisance angélique les habite : ce sont vraiment les noces élyséennes d’Hercule avec Hébé.
Tout son œuvre antérieur, si indiciblement triste, représente le même Hercule peinant et saignant, si Puvis de Chavannes est Apollon. Les deux noms invinciblement s’appellent par une pareille sublimité d’harmonie atteinte au moyen des gestes les plus étonnamment, les plus providentiellement contradictoires. Puvis résume vingt siècles de culture ; Gauguin ne vient de personne, de Cézanne non plus que de nul autre ; Gauguin est un antédiluvien ramené à la lumière ; Gauguin est le barbare somptueux, véhément, tumultueux et sourd, avec quelque chose du sauvage et de l’enfant, et tout l’incurable désespoir des races condamnées. Têtu, fier, inquiet, volontaire plutôt que dominateur, il épanouit le primitif, le natif, dans toute sa rauque beauté. Mais en cage ; raison sans doute de son empire : par son œuvre, par sa vie, il fut un exemple et un enseignement. Sa peinture image dans l’individu humain une architecture mouvante qui trouve et son moteur dans quelque conscience obscurément surhumaine, et sa ramification décorative dans une nature torrentiellement vierge. Vers l’harmonie primaire elle fit rebrousser chemin aux yeux exténués d’art : c’est bien Hercule, celui qui déplace les montagnes barrant un autre monde. Ne parlons pas de doctrine, ne disons pas : il fomenta une école, quand des artistes qui le hantèrent aucun (de ceux du moins qui font voir un talent) n’a de sa manière absolument rien gardé. Il n’a pas fait de disciples ; directement, si non par contre-coup, pour toute une génération il a été le précurseur, le révélateur, le libérateur ; il a fait des tempéraments.

 

FAGUS