logoweb.jpg
Accueil Editions arrow Presse arrow Carnets d'un basedowien, par Jacques Barbaut
Carnets d'un basedowien, par Jacques Barbaut
Dans une impeccable reliure dite « à la chinoise » (sept petits trous, ficelle apparente) qui ne dut pas déplaire à l’auteur de Tchouan-Tchou — extraordinaire traité de dialectique appliquée à la diplomatie, recueilli in Gu Wei Jin Yong (Le passé sert le présent), le Bleu du ciel, 2004 —, les Carnets d’un basedowien (nous laisserons aux lecteurs curieux le soin de consulter leur moteur de recherche préféré pour une définition du mot) ne délivrent logiquement aucune mention de dates — de lieux : à peine — relatives à leur écriture.

Eclipse totale du soleil : 1927, 1999, 2081.

Ou :

Toulouse c’est perdre et Nice c’est joli. (A l’usage d’un couple anglo-saxon ébahi.)

Divisés en cinq sections intitulées « L’abreuvoir », « Estuaire », « L’ailleurs », « Le Moyen Age », « Naumachie » — c’est déjà tout comme un poème, soit bien, précisément : l’ici et le maintenant —, ces Carnets accueillent — juxtaposés plutôt que coordonnés, déposés plutôt que jetés — remarques, humeurs, notules, citations (Tite-Live, Xénophon, Baudelaire, M. Druon…), miscellanées, « mise en parallèle de deux objets sans relation apparente », épiphanies (entendues classiquement comme « manifestations d’une réalité cachée ») en mode minuscule, hiatus, haïku.

Dracula de Bram Stoker (1897), premier roman anglais écrit à la machine.

Ou :

La joie : « Un monosyllabe pour un instant » (V. Jankélévitch).

Carnets d’un lecteur (« une pile de livres comme table de chevet »), d’un érudit (qui ne nous la joue pas à l’esbroufe), d’un atypique, d’un perturbateur de repères, d’un patient, d’un rêveur définitif ; carnets sans couture.
M’y retrouvé-je ?...
J’entends — je tends — je coupe — j’écoute — le fil — tenu — ténu — d’Ariane.

Garder le cap, ne pas sombrer.

— Guérir ?


Lire l'article chez Sitaudis. 

Dernière mise à jour : ( 09-02-2009 )
 
© 2017 Cynthia 3000 - editions
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.