Ça lui tirait la peau jusqu'à la

Rédigé par Grégory Haleux - 09 mars 2017 00:57

 

 

Ça lui tirait la peau jusqu'à la

 

 

Ça lui tirait la peau jusqu'à la
Grille de l'humble immeuble où habitait Je
Elle le voyait à travers la vitre il
Devait être agité ambiance Nouvelle Vague de paroisse
Des sanglots redescendirent la rue Liszt la statue
De Montaigne un gentilhomme l'attendait quelqu'un cracha
Poétique ! dit-elle narquoise et s'épongea la
Langue bien pendue sur un banc d'hôpital.

 

 

Classé dans : Textes - Mots clés : aucun - aucun commentaire

Cette heureuse intermittence du fluide à l'allure

Rédigé par Grégory Haleux - 07 mars 2017 22:25

 

 

Cette heureuse intermittence du fluide à l'allure

 

 

Cette heureuse intermittence du fluide à l'allure
Un peu gourde cela ne vous évoque rien ?
Il est à craindre que le dîner demeure
Sans effet pour étayer la thèse des franges
Frémissantes chevauchant l'aiguille dans la rainure poussiéreuse
Mais la dame s'entr'ouvre hérissant son poil
Qui se fait entendre dans les intervalles innombrables
De la danse sur la pelouse luisamment imbécile.

 

 

Classé dans : Textes - Mots clés : aucun - aucun commentaire

Que dites-vous toujours prévenants ? Que j'aurais

Rédigé par Grégory Haleux - 04 mars 2017 14:26

 

 

Que dites-vous toujours prévenants ? Que j'aurais

 

 

Que dites-vous toujours prévenants ? Que j'aurais
Besoin d'être complètement rempli d'autrui et
Blanches silhouettes l'aubaine sur moi les yeux
De miel au crépuscule clignant une pauvre musique
& qui balance humide ou serrant la gorge
Glaçant le cœur jusqu'au pourrissement de Cynosie
Il suffirait d'entraver un ange de boue
Dans l'abrutissement tous les jours à midi.

 

 

Classé dans : Textes - Mots clés : aucun - aucun commentaire

Et vous savez bien aussi que pour goûter

Rédigé par Grégory Haleux - 03 mars 2017 18:57

 

 

Et vous savez bien aussi que pour goûter

 

 

Et vous savez bien aussi que pour goûter
Ce rêve j'en reviens à toi sans
Doute sinon le réveil parle faux avec toi
Mandoline mon amie — Heu mihi ! — vois-tu quelque
Dedans consentant à jouer volitif en joies inquiètes
Où tes pas courent contrainte comtesse où coule
Une passion honnête le dernier phare voyons d'
Un œil ombré cette folie vous savez bien.

 

 

Classé dans : Textes - Mots clés : aucun - aucun commentaire

Se glissaient tout autour ses doux doigts idéaux

Rédigé par Grégory Haleux - 01 mars 2017 18:14

 

 

Se glissaient tout autour ses doux doigts idéaux

 

 

Se glissaient tout autour ses doux doigts idéaux
Secouaient le figuier. Légende : « Au repos des esprits »
Une sorte de brume guidait Isa longue langue
Vers l'abri du berger — elle y ferait
La moue y bourdonnerait dans une peau de
Chèvre rosie des baisers somnambules. Elle béait trempée
Ooohait en cruche livide. Je rallumai ma lampe.
Mille glottes tapissaient les murs de ma chambre.

 

 

Classé dans : Textes - Mots clés : aucun - aucun commentaire

précédente page 2 sur 67 suivante »

A propos

Blog de Grégory Haleux
contact :
ellipse_et_laps[at]yahoo.com

[lire la fuite]


Catégories

Derniers commentaires

Archives

Mots clés

RSS