Hale bas le clin-foc !… Serre le cacatois !

Rédigé par Grégory Haleux le 16 octobre 2014

 

 

 

 

 

Le Tenancier se moque gentiment d'un « poème patriotard » d'un certain Eugène Le Mouël, dans un billet où il évoque aussi François Coppée (1)
A la lecture de ce poème édifiant, je me suis d'ailleurs souvenu d'un poème de Coppée, pas tant pour le style mais parce qu'il est aussi question d'un naufrage et qu'il est également agrémenté de termes spécifiques à la navigation. Il vaut qu'on le reproduise et qu'on le lise :

 

 

 

LE NAUFRAGÉ

 

 

À Constant Coquelin.

 

 

Devant le cabaret qui domine la rade,
Maître Jean Goëllo, le rude camarade,
Le vieux gabier manchot du bras droit, le marin
Qu’un boulet amputa le jour de Navarin,
La pipe aux dents, buvant son grog par intervalles,
Conte, les soirs d’été, ses histoires navales
Aux pilotins du port attablés avec lui.

 

« Oui, mes enfants, voilà soixante ans aujourd’hui,
Leur dit-il, que je suis entré dans la marine
Et que j’ai pris la mer sur la Belle-Honorine,
Un trois-mâts éreinté, pourri, tout au plus bon
À brûler, qui faisait voile pour le Gabon,
Avec le vent arrière et la brise bien faite.
J’avais grandi, pieds nus, à pêcher la crevette
Avec un vieux — mon oncle, à ce qu’on prétendait, -
Qui rentrait tous les soirs ivre et qui me battait.
Tout enfant, j’ai beaucoup pâti, je puis le dire ;
Mais, une fois à bord, ce fut encor bien pire,
Et c’est là que j’appris à souffrir sans crier.
Primo : notre navire était un négrier,
Et, dès qu’on fut au large, on ne tint plus secrète
L’intention d’aller là-bas faire la traite.
Le capitaine était toujours rond comme un œuf
Et menait l’équipage à coups de nerf de bœuf.
Tous retombaient sur moi; — la chose est naturelle,
Un mousse ! — Je vivais au milieu d’une grêle
De coups ; à chaque pas sur le pont, je tremblais,
Et je levais le bras pour parer les soufflets.
Ah! nul n’avait pitié de moi. C’était bien rude ;
Mais dans les temps d’alors, on avait l’habitude
D’assommer un enfant pour en faire un marin ;
Et je ne pleurais plus tant j’avais de chagrin.
Enfin j’aurais fini par crever de misère,
Quand je fus consolé par un ami sincère.
Dieu — nous y croyons tous ; en mer, il le faut bien ! -
Chez ces hommes méchants avait mis un bon chien.
Traité comme moi-même, il vivait dans les transes,
Et nous fûmes bientôt de vieilles connaissances.
C’était un terre-neuve, et Black était son nom ;
Noir, avec des yeux d’or ; et ce doux compagnon,
Dès lors ne me quitta guère plus que mon ombre.
Et par les belles nuits aux étoiles sans nombre,
Quand il ne restait plus que les hommes de quart,
Accroupi sur le pont avec Black à l’écart,
Dans un recoin formé d’une demi-douzaine
De ballots arrimés près du mât de misaine,
Et mes deux bras passés au cou du brave chien,
Je déchargeais mon cœur en pleurant près du sien.
Oui, je pleurais, bercé par le bateau qui tangue,
Tandis qu’il me léchait avec sa grosse langue.

 

Mon pauvre Black ! Allez ! je songe à lui souvent.

 

Nous avions eu d’abord bonne mer et bon vent ;
Mais, un jour qu’il faisait une chaleur atroce,
Notre vieux capitaine — une bête féroce,
C’est vrai, mais bon marin, on ne peut le nier ! -
Fit une étrange moue et dit au timonier :

 

« Vois donc ce grain là-bas… La drôle de visite !… »

 

L’autre répond : « Il est bien noir et vient bien vite !

 

— Holà ! hé ! tu vas voir comment je le reçois…
Hale bas le clin-foc !… Serre le catacois ! »

 

Bah ! c’était la tempête ; et toujours trop de toile !
On serre les huniers, on cargue la grand’voile ;
Enfin le loup de mer prend ses précautions.
Mais le navire était trop vieux, et nous dansions,
Mes enfants, que le diable en aurait pris les armes.
On travaillait, malgré l’orage et ses vacarmes ;
Mais quand on eut de l’eau plein la cale, il fallut
S’occuper promptement des moyens de salut.
Harassés, aveuglés, trempés comme une soupe,
Pour la mettre à la mer nous parions la chaloupe,
Quand tout à coup, et sans nous demander conseil,
Voilà le pont qui crève avec un bruit pareil
Au fracas d’un vaisseau qui lâche sa bordée.
Nous coulions.

 

On ne peut pas se faire une idée
De l’émoi que vous cause un de ces plongeons-là.

 

Moi, pendant la minute où le bateau coula
En tournant sur lui-même avec un air stupide,
Je revis mon passé dans un éclair rapide ;
Oui, tout, notre vieux port, ses mâts et son clocher,
Et la plage où j’allais, pieds nus, sur le rocher,
Et le sable semé de méduses vermeilles…

 

Brusquement, l’eau m’emplit la bouche et les oreilles.
Je n’aurais pas été longtemps à patauger
Et j’allais m’engloutir, ne sachant pas nager,
Lorsque Black me saisit au collet par la gueule.
Justement la chaloupe avait surnagé seule ;
Elle était près de nous ; le chien, d’un brave effort,
Me pousse jusque-là ; j’en empoigne le bord
Et je saute dedans avec la bonne bête !
Quant à notre trois-mâts, l’effroyable tempête
N’en avait épargné que le mousse et son chien,
Dans ce canot sans mâts, sans avirons, sans rien !
Quoique gamin, j’avais le cœur plein de courage ;
Mais, deux heures après, quand se calma l’orage,
Je compris, en songeant à mon sort froidement,
Qu’à moins de rencontrer en mer un bâtiment,
Je ne parviendrais pas à regagner la terre.
J’étais seul sur le vaste océan solitaire,
Et nous n’étions sauvés de la noyade enfin,
Mon pauvre Black et moi, que pour mourir de faim !
Pas un biscuit, pas un bidon dans la cambuse,
Comme sur le fameux radeau de la Méduse !…
Mais, abrégeons. Les bons récits sont les plus courts.
Pendant trois longues nuits et pendant trois longs jours
Notre canot flotta, balancé par la lame.
La faim grondante au ventre et l’angoisse dans l’âme,
Et perdant chaque jour l’espoir du lendemain,
Assis près de mon chien qui me léchait la main,
Sous le soleil torride ou sous la froide étoile,
J’attendis donc, sans voir apparaître une voile
À l’horizon fermant sur moi son cercle bleu.

 

Donc, le troisième jour, j’avais la gorge en feu
Et la fièvre, lorsque tout à coup je remarque
Que Black se rencognait dans un coin de la barque,
Qu’il avait l’air tout chose, et que son œil, si bon
D’ordinaire et si doux, luisait comme un charbon.

 

« Allons, mon vieux, lui dis-je, ici ! Qu’on te caresse ! »

 

Pas du tout. Il me lance un regard de détresse.
Je m’avance ; il recule et gronde entre ses dents,
Tenant toujours fixés sur moi ses yeux ardents,
Et veut happer ma main, que, d’instinct, je retire ;
Et je me demandais : « Qu’est-ce que ça veut dire ? »
Lorsque avec le frisson de la petite mort,
Je vois Black qui saisit le bordage et le mord,
En laissant sur le bois couler un flot de bave ;
Et je devinai tout !… Sur notre atroce épave,
Le chien, pas plus que moi, n’avait bu ni mangé !
Et voilà maintenant qu’il était enragé !
Oui, celui qui m’avait sauvé du grand naufrage,
Mon chien, mon matelot, mon frère, avait la rage !
Avez-vous bien compris ? Voyez-vous le tableau ?
Cette barque perdue entre le ciel et l’eau,
Et, dedans, cet enfant, seul devant cette bête,
Avec le grand soleil tropical sur la tête,
Blanc de peur et tapi dans un coin du bateau.

 

Je cherchai dans ma poche et j’ouvris mon couteau,
Car, machinalement, chacun défend sa vie.
Il était temps. Cédant à son horrible envie,
L’animal furieux sur moi s’était jeté.
D’un brusque mouvement du corps je l’évitai,
Je le pris par la nuque, et, le sentant se tordre
Et tâcher de tourner la tête pour me mordre,
Je pus le terrasser enfin sous mon genou ;
Puis, tandis qu’il roulait ses pauvres yeux de fou,
Et que sous moi ses flancs ronflaient comme une forge,
Je lui plongeai trois fois mon couteau dans la gorge…
J’avais tué mon seul et mon premier ami !

 

Comment je fus trouvé plus tard, mort à demi,
Et tout couvert du sang que vomit le cadavre,
Par les hommes d’un brick qui retournait au Havre,
Qu’importe ?

 

Depuis lors, j’ai bien souvent tué.
En guerre, n’est-ce pas ? on s’est habitué.
Je fus du peloton, un jour, à la Barbade,
Qui devait fusiller mon meilleur camarade ;
Et cela ne m’a pas donné le cauchemar.
Sous le contre-amiral Magon, à Trafalgar,
Ma hache a bien coupé, pendant les abordages,
Plus de dix mains d’Anglais s’accrochant aux cordages ;
Je n’y pense jamais, pas plus qu’au peloton.
A Plymouth, j’ai plongé, pour m’enfuir du ponton,
Mon poignard dans le dos à deux factionnaires,
Et sans m’en repentir jamais, mille tonnerres !
Mais, d’avoir évoqué ce souvenir ancien,
De vous avoir conté le meurtre de mon chien,
Je ne dormirai pas de la nuit, et pour cause…

 

Garçon, un second grog !… Et parlons d’autre chose !… »

 

 

Je ne connaîtrais pas ce poème (2) si je n'avais lu, par hasard, un article du Mercure de France de 1899, où l'on démontre que Coppée y a "plagié" Alexandre Dumas ! Ainsi commence l'article, signé R. de Bury alias Remy de Gourmont :

 

 

 

Le Bulletin de la Presse (d'après un autre journal qu'il ne nomme pas) signale quelques vers de M. Coppée dont la fabrication est assez curieuse. Il a versifié, en conservant presque intactes des demi-phrases entières, un passage du roman de Dumas, Monte-Christo. L'auteur de l'article, M. Léon Dormoy, parle à ce propos de démarquage, de piraterie. C'est bien gros pour si peu de chose et ce n'est pas juste. La vérité c'est que M. Coppée s'est livré là à un exercice de rhétorique, assez vulgaire mais parfaitement autorisé par la tradition. Victor Hugo lui-même a maintes fois utilisé ainsi ses lectures ; plus d'une page de prose où il daigna trouver un vers tout fait lui devra ainsi d'avoir survécu, au moins à l'état de note, quand le romantisme entrera dans la série des « Grands Écrivains ». Telle pièce admirable de la Légende des siècles n'est que la mise en vers d'une analyse, par Paulin Pâris, d'un des poèmes du cycle de Charlemagne. C'est une idée d'ignorant que le thème d'une œuvre littéraire doive être inventé et inventés aussi tous les détails qui peuvent concourir à mettre l'œuvre au point. Il y a dans la Tempête de Shakespeare des passages littéralement pris de Montaigne, qui lui-même les avait traduits de Plutarque, et la moitié de ses tragédies sont des arrangements d'œuvres antérieures. Tout cela n'a aucune importance. Ce n'est intéressant que comme procédé de composition.

 

 

Ci-dessous, je reproduis les pages du Comte de Monte-Christo concernées, où je signale en surlignant les passages repris et en marge les phrases correspondantes du poème.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout cela paraît tout de même bien curieux. Oserai-je dire — excessif avec joie et à contre-pied de Gourmont — que Coppée, plus moderne qu'il n'en a l'air, n'est pas si loin de Lautréamont, et qu'il annonce la méthode Kodak de Cendrars ? qu'il invente le Coppée collé ? ou bien que les cutupeurs et autres plajoueurs tout en n'inventant rien affadissent l'art de Coppée ?
Laissons plutôt Remy de Gourmont conclure :

 

 

 

Y a-t-il vraiment plagiat ? Y a-t-il plagiat quand le passage original est écrit moitié en termes techniques, moitié en clichés ? Je crois que M. Coppée aurait dû s'abstenir et faire mieux. Le « loup de mer » commande de singulières manœuvres et tout cela est un peu sommaire. Il n'est pas bien surprenant qu'il y ait « toujours trop de toile » sur un bateau chassé par la tempête où on n'a amené que le clin-foc et le cacatois ; généralement le vent se charge d'enlever ces voiles avant toute manœuvre ; on ne porte le cacatois et le perroquet que par très beau temps. Ensuite, pour avoir un mât de cacatois, ce bateau était donc un navire de premier rang ? Les petits navires qui font naufrage dans les vers de M. Coppée ne doivent même pas avoir de perroquet. Ils sont très jolis et très amusants les termes de marine, mais il ne faut pas s'en servir, dès qu'on ne peut les situer sur un navire. Carguer et serrer ne sont pas synonymes ; on peut cependant savoir gré à M. Coppée de n'avoir pas, comme tel poète récent, confondu carguer et larguer.

Et dire qu'on a signalé ce petit travail de M. Coppée dans les termes les plus violents ; on l'accuse d'avoir volé à la fois à Dumas « l'idée, la description, le mouvement de la scène, l'enchaînement des faits, l'agencement et l'ordre des mots qui font image ». Tout cela pour des vers comme :

Hale-bas le clin-foc ! Serre le cacatois !

Et l'on ajoute : « Ainsi le démarquage est la muse inspiratrice de François Coppée. Comme probité littéraire, c'est plutôt faible. Décidément M. Coppée ne souffre pas d'une hypertrophie de conscience. » Ce qui revient à dire : « Coppée ne pense pas comme moi sur l'Affaire ; donc c'est un coquin. » À défaut du Naufragé, on eût trouvé un autre prétexte.

 

 

(1) Coppée, avec qui on est toujours injuste, quoi qu'on dise (me renseignant sur ce Le Mouël, j'apprends — tiens, tiens — que, comme Coppée, il a fréquenté les Hydropathes et le Chat Noir) : qui d'autre eut le mérite d'inspirer Rimbaud, Verlaine, Cros, Nouveau, Allais, Courteline, Cami ? Ne trouvez-vous pas cela pas si ridicule ?
(2) Extrait du tome III de ses Poésies chez Alphonse Lemerre, pp. 169-177. Il est daté de 1874.

Classé dans : Lectures - Mots clés : François Coppée, Lautréamont, Alexandre Dumas, Remy de Gourmont, plagiat - 3 commentaires

A propos

Blog de Grégory Haleux
contact :
ellipse_et_laps[at]yahoo.com

[lire la fuite]


Catégories

Derniers commentaires

Archives

Mots clés

RSS