H ! Hache ! Hasch ! Hallucinations de la lettre H, de Jacques Barbaut

Rédigé par Grégory Haleux le 26 février 2016

 

 

 

 

AH! après avoir anthologisé le A, Jacques Barbaut hallucine le H !
Et ceux qui découvriront A As Anything après H ! Hache ! Hasch ! pourront se dire Ha ! voire Ha Ha ! comme le singe cynocéphale papion de Faustroll. [*]

 

Ne cachons tout d'abord pas notre ahurissement à comprendre que le gouvernement suscita, par le biais d'une réphorme, une ystérie sur l'horthographe, à seule fin de préparer le terrain à une hallucination collective autour de H ! Hache ! Hasch ! Je vois d'ici la tarentelle des lecteurs, dans une nuit noire et jaune !

 

Car dès le « Harpon » inaugural nous sommes happés par des leçons de langue sur le H [**], souvent sous forme de coups de hache en lalangue, que Bartlebaut le Scribe a dénichées chez des maîtres tels Saussure (une pointure en la matière), Hugo le pohète amusé (« Ôter l'« h » du thrône, c'est en ôter le fauteuil », p.19 : voilà donc pourquoi il y a tant de fauteuils à l'Académie [***]), l'onomatopologue Nodier, le merdecin Rabelais en graphie des origines, et bien d'autres, et bien d'autres, essentiellement des fous ès linguisterie configurant la plus belle constellation, effectivement propre à déclencher le phantasme [****].

 

Nous saisissons donc que, pour Barbaut, H est la lettre [*****] de la même façon que la 'pataphysique est la science.

 

Ainsi démontre-t-il que la lettre contient toute l'Histoire, avec sa grande Hache : dans H ! Hache ! Hasch !, la mort est partout avec ses guerres, ses héros, sa guillotine, ses hôpitaux, ses homicides, ses Assassins, d'Hastings à Hiroshima, d'Hassan i Sabbah à Hitler... Mais aussi avec son mini hachoir, délivrant menu-menu des morceaux de vies pleines d'(h)ardeurs [******].

 

Barbaut appréhende le H par tous les sens déréglés. Il fait travail d'haschimiste, son compendium est un corpus hermeticum : il dévoile les secrets du H sous lequel se cachent les secrets du monde [*******].

 

Cette révélation s'opère souvent dans le jeu entre le texte cité et le titre ou le commentaire qui lui est adjoint, et dans une grande variété de jeux de mots et de lettres, d'oulipismes. Barbaut manipule aussi l'ymage : le calembour plastique, le calligramme et plus encore la poésie visuelle ou, comme disait Jérôme Peignot, la typoésie.

 

Cette utilisation de l'ymage et de la lettre dans le cadre de la page considérée comme surface d'art implique que, dans ce grand dérèglement, tout soit réglé au millimètre. Le résultat est très beau. [********]

 


__________

 

[*] Cette introduction fut notée durant ma lecture d'H ! Hache ! Hasch ! : je fus ravi de me rendre compte qu'en sa dernière section — «hashtags» — Barbaut avait tout prévu, en miroir qu'on vexe :
« Hache ! Hasch ! H !, qui est une suite de A As Anything, permet de passer au Ah !, au Ah! Ah!, de recommencer quasi d'articuler. Comme Ha! », p. 94 ;
sans doute faut-il, en ce, voir hasard objectif plutôt qu'obtus rateur.

 

[**] Le h, l' h voire la h (nous avons le choix quant au sexe à attribuer à H, sans lequel nous resterions cois, comme la grenouille du Prince des Penseurs avant qu'elle ne grimpe sur l'échelle de l'entendement pour mesurer quelque excès)

 

[***] N'est-il pas étonnant à ce propos que le H le plus sonore soit le dit aspiré quand celui, pis que muet, devenu invisible à force d'être imprononcé, peut lui aussi être considéré comme aspiré, par l'Académie grande aspireuse de fauteuils et de chapeaux chinois ? Le comprenez-vous ? Moi pas.

 

[****] Artaud, Michaux, Queneau, Rimbaud, Lucot, Roubaud, Jarryo, Ciriero, Brisseto, Lacano, Beckett-Ho, et cetero.

 

[*****] Au moins pour l'Heure, où l'or loge (cf. Breton, « Je cherche l'or du temps »).

 

[******] Faut-il avoir honte de comprendre la pornographie de la page 83 comme une suite à l'union de, hum, Sollers & Kristeva en double-page 28-29 ?

 

[*******] « Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée », Kafka cité page 14.

 

[********] Barbaut aurait pu proposer son livre aux éditions Hachette mais cette extrême cohérence aurait été négligence : vraiment, c'est beau, chez NOUS.

 

 

H ! Hache ! Hasch !
Hallucinations de la lettre H
,
de Jacques Barbaut
NOUS, collection « disparate »
112 pages, 2016, 16 euros

 

Classé dans : Nouvelles Impressions - Mots clés : Jacques Barbaut, éditions NOUS, 'Pataphysique - aucun commentaire

Décervelage

Rédigé par Grégory Haleux le 02 janvier 2015

 

Pataphysicien auto-décervelé par la spirale de son propre entendement (1).

 

 

A ceux qui douteraient qu'il s'agisse bien, ci-dessus, d'un pataphysicien, voyez ces images (2) :

 

 

 

 

Le même personnage à houppe arbore la gidouille à la boutonnière ! Et il fait référence, à la fin de la planche, au Docteur Sandomir (par le phénomène, connu grâce au fameux mot d'Ubu, de l'épenthèse - contraire de la syncope, ici doublement - ou de l'achoppement)  !

Vous aurez également remarqué que le petit reporte-heure était également petit horloger, forcément.

 

 

(1) Hergé, Le Crabe aux pinces d'or, 1943.
(2) René Louys, in Pierrot, journal des jeunes, n°9 (1er mars 1936)

Classé dans : Lectures - Mots clés : 'Pataphysique, Alfred Jarry, bandes dessinées, calendrier - aucun commentaire

Cessez de lire en douceur avec Michel Ohl

Rédigé par Grégory Haleux le 04 février 2013

 

 

 

in Michel Ohl, Le Prix du Bœuf - Ripopée posthume, patriotique et familiale,
annotée par Narcisse Boudigans
. Plein Chant, 1996. p.127

 

 

Commencer de lire en douceur Michel OHL

 

Classé dans : Lectures - Mots clés : Michel Ohl, 'Pataphysique, Plein Chant, publicité littéraire - aucun commentaire

Rencontres avec André Blavier

Rédigé par Grégory Haleux le 10 novembre 2012

« Les temps mêlés d'André Blavier »
Reportage diffusé le 10-12-1974

 

« André Blavier : l'ami Queneau »
Reportage diffusé le 29-08-1998

Classé dans : Non classé - Mots clés : 'Pataphysique, André Blavier, fous littéraires, Raymond Queneau - aucun commentaire

De la tendance des chats à gyrer en gidouille

Rédigé par Grégory Haleux le 19 octobre 2012


gravure extraite de Conrad Lycosthenes,
Prodigiorum ac ostentorum chronicon. Bâle, 1557.

 

 

J'eus alors l'occasion de remarquer la bêtise des Hommes qui se disent savants. Parmi les docteurs et autres gens appartenant à la société de ma maîtresse, il y avait ce Simpson, espèce d'imbécile, fils d'un riche propriétaire, qui attendait un bénéfice, et qui, pour le mériter, donnait des explications religieuses de tout ce que faisaient les Animaux. Il me vit un soir lapant du lait dans une tasse, et fit compliment à la vieille fille de la manière dont j'étais élevée, en me voyant lécher premièrement les bords de l'assiette, et allant toujours en tournant et diminuant le cercle du lait.
— Voyez, dit-il, comme dans une sainte compagnie tout se perfectionne : Beauty a le sentiment de l'éternité, car elle décrit le cercle qui en est l'emblème, tout en lapant son lait.
La conscience m'oblige à dire que l'aversion des Chattes pour mouiller leurs poils était la seule cause de ma façon de boire dans cette assiette ; mais nous serons toujours mal jugées par les savants, qui se préoccupent beaucoup plus de montrer leur esprit que de chercher le nôtre.

 

Honoré de Balzac, extrait de « Peines de coeur d'une Chatte anglaise »
in Vie privée et publique des animaux,
éditions des Grands Champs, 2012. Tome 1, p.109

 

 

 


gravures extraites de Johann-Georg Schenck,
Monstrorum historia memorabilis. Francfort, 1609
et de Fortunio Liceti, De monstrorum caussis,
natura et differentiis
. Padoue, 1634.

 

 

Ainsi Jean Palfyn traduit-il Fortunio Liceti rapportant le témoignage de Conrad Lycosthenes :

 

 

L'An du Seigneur MDLIV, une Chatte qui étoit dans ma maison à Basle ayant fait quatre petits d'une seule portée, j'ordonnay huit jours apres qu'on les jettast dans l'eau : mais la servante se disposant à m'obeïr en remarqua un d'une structure toutafait extraordinaire, c'est qu'il avoit les piés contournés en ligne Spirale.

 

Fortunio Liceti, Traité des monstres, de leur causes, de leur nature,
& de leur differences
. Leyde, 1708. Traduction de Jean Palfyn p.16

Classé dans : Lectures - Mots clés : 'Pataphysique, gidouille, Honoré de Balzac, Conrad Lycosthenes, chats, monstres - 1 commentaire

A propos

Blog de Grégory Haleux
contact :
ellipse_et_laps[at]yahoo.com

[lire la fuite]


Catégories

Derniers commentaires

Archives

Mots clés

RSS