Jacques Le Lorrain, auteur d'un quatrain du Congo ?

Rédigé par Grégory Haleux le 06 mai 2015

 

 

Dans un ancien article consacré à la poésie publicitaire du Savon du Congo, je m'interrogeais : ces quatrains, qui paraissaient dans la presse quotidienne de la fin du XIXe siècle, étaient-ils vraiment, comme le prétendait l'ingénieux industriel Victor Vaissier, composés par le public anonyme - réalisant ainsi, selon Marc Angenot, le voeu d'Isidore Ducasse d'une poésie « faite par tous » ? Je me demandais également si, parmi cette supposée foule d'auteurs, ne se trouvaient pas quelques poètes confirmés, plus ou moins connus.

 

Sur cette question, un quatrain, paru trois fois entre le 10 et le 18 juillet 1898 (dans Le Petit Parisien, Le Monde illustré et Le Gaulois) attira particulièrement mon attention :

 

 

 

MÉNÉLIK, NÉGUS D'ABYSSINIE

 

 

Sur son onagre zain le soleil d'or l'asperge ;
L'escarboucle rutile au creux du pectoral,
Et son poing parfumé de ton Congo royal,
Porte comme une croix l'éclair de sa flamberge.

 

J. Le Lorrain au savonnier Victor Vaissier.
 

 

 

Notons d'abord que dans l’œuvre poétique du Congo des années 1897-1898, la référence à Ménélik II, « Roi des rois d'Ethiopie », est assez fréquente. La raison principale en est que, depuis qu'il a battu les Italiens en 1896, l'empereur éthiopien fascine l'Occident. Il ne se passe pas une semaine sans que les journaux ne rapportent l'un de ses gestes. En cet été 1898, l'attention est même quotidienne : le gouvernement de Félix Faure reçoit en grande pompe des ambassadeurs envoyés, pour deux mois, par Ménélik. Une autre raison à cet intérêt du Congo pour le fier Abyssin tient à ce que ce dernier représente en matières d'exotisme, de luxe, de noblesse et d'excentricité, toutes caractéristiques que Victor Vaissier exploite pour vendre son savon (et pour s'en rendre compte au mieux, outre le savon lui-même, voir le palais que s'était fait construire Vaissier).
N'oublions pas, au passage, que Ménélik est indirectement lié à la poésie : Rimbaud, dans son négoce d'armes, le rencontra et en fit le portrait.

 

Qu'est-ce qui nous retient dans ce poème ? Le style original, par lequel il dénote singulièrement dans l'oeuvre complète du Savon du Congo. On se dit qu'il aurait pu être écrit par l'un de ces décadents épris de vocabulaire rare, archaïque et sonore : onagre, zain, escarboucle, pectoral, flamberge..., autant de mots qui rappellent le Petit Glossaire pour servir à l'intelligence des auteurs décadents et symbolistes (Léon Vanier, 1888), de Jacques Plowert.

 

Et, justement, la signature indique J. Le Lorrain, à n'en pas douter Jacques Le Lorrain, auteur aujourd'hui bien oublié, qui fut en son temps assimilé au mouvement décadent, très certainement pour sa bizarrerie langagière, dont voici quelques exemples :

 

 

 

Oh ! l'admirable chair nacrée, lumineuse, stentorante de vraie vie actuelle et transmissible, qui émergeait du satin de la robe ! Les seins ondaient placidement berçant la fleur qui défaillait, enviée des lèvres viriles, entre leur chaude étreinte ; les traits d'une ciselure adamantine semblaient défier l'inexorable dégradation du temps ; sous la brève tente treillissée des cils l'oeil inquiétant, complexe - avec des stries d'almadine, des jaspures de chrysocale, avec le scintillement frigide d'une émeraude.

« Yeux verts », 1889.
 

 

 

 

Un dur et déchiqueté nuage à l'occident s'éploie

Et rougeoie,

Hilarant mes yeux d'une violente et barbare joie :
Il se raidit, se plaque contre le firmament, crénelle
L'horizon - âpre et farouche comme un haut castel gothique.
... Oh ! l'orient avec son éparse pâleur chlorotique,
Veules clartés douces comme une prunelle mystique,
Comme une virginale, attendrie et rêveuse prunelle !
Et là-haut, là-haut, ces étoiles fluettes et seulettes
Qui me regardent comme des yeux clignotteurs de fillettes !
Et près de moi dans la touffeur des branches ces voix confuses !

Et dans la proche ambiance toutes ces rumeurs diffuses !

« Angoisses », 1890.
 

 

 

 

Après le kansin de la puberté, qui avait un instant brûlé ses moelles, galvanisé sa nervosité veule, saccagé le méthodique agencement de ses facultés, peu à peu il s'assagissait [...] des flammes battaient ses joues, irisaient la diamantrale dureté de ses prunelles : tout un fond de vitalité jouisseuse, de voluptuosisme ignoré crevait soudain la carapace de hautaine indifférence dont elle cuirassait d'habitude son véritable tempérament. [...] Toute la galimafrée nauséeuse et mal digérée de ses déceptions lui remontant à la gorge, Landry l'expumait violemment sous les effets purgatifs de la colère.

Le Rousset, 1890.
 

 

 

 

Mais comme un ouragan balaye une vapeur.
Un souffle inéluctable enlève les statues,
Le xyste, les gradins, les stèles abattues,
La palestre en stupeur.
[...] Elle regarda les fonds multicolores,

Puis avec un sourire neuf, spécial,
Mes yeux attendeurs, durant que pyrophores,
Lucioles, encujos parmi les flores,
Gyraient paraphant l'air frais et nuptial.

« Le Rêve », 1891.
 

 

 

Jacques Le Lorrain est né en 1856 à Bergerac. Avant de se lancer dans l'aventure des lettres, il est professeur dans un collège. Il est aussi un grand voyageur, sillonnant  toutes les régions de France, jusqu'en Allemagne et en Espagne, faisant des milliers de kilomètres, à pied ou à bicyclette. Il commence à publier dès 1880 dans Le Tintamarre et L'Hydropathe, puis dans la Revue Indépendante, La Plume, ... Les rares chercheurs à lui avoir consacré une notice biographique évoquent aussi Le Décadent, mais il semble qu'ils ont confondu notre poète avec Jean Lorrain... ; il publiera, ceci dit, chez Léon Vanier. Son premier livre, Kaïn (1885), un drame en deux actes et en vers, est semble-t-il remarqué par Banville qui se serait exclamé : « Enfin, il nous est né un vrai poète ! ». Son volume de vers suivant, Evohé (1887), dans lequel il chante le vin, la bière, l'alcool, l'absinthe et l'opium, est préfacé par Jean Richepin qui, lui aussi, s'émeut : « En voilà un qui est du bâtiment ! ». L'année suivante, sort son premier roman, Nu, qui est remarqué, notamment par Francisque Sarcey qui en fait l'éloge ; tout en lui reconnaissant un vrai talent, Bernard-Henri Gausseron, dans la revue Le Livre d'Octave Uzanne, lui reproche son style « pénible, fatigant, impatientant à l'ordinaire, souvent faux, et de temps en temps ridicule », concédant : « Il ne va pas toutefois jusqu'aux extrémités de la décadence, et je fais, entre M. Jacques Le Lorrain et M. Poictevin, par exemple, au simple point de vue du style, une différence toute à l'avantage du premier ». Le Rousset (1890) est un roman de la vie paysanne et ouvrière. En 1892, sa comédie Tel peut être jouée grâce au soutien d'Alexandre Dumas fils. Jacques Le Lorrain est un personnage assez déconcertant pour faire paraître, en 1894 et 1895, deux longs articles dans la Revue philosophique : « La durée du temps dans le rêve » et « Le rêve ». Un nouveau recueil de vers, Fleurs pâles (1896), paraît chez le bibliopole Léon Vanier, éditeur des décadents. « Il travaillait et attendait. Cela dura quinze ans, pendant lesquels il étudia avec passion, en Bénédictin bohème, l'ethnographie, la sociologie, les sciences naturelles, la biologie, la psychologie, s.v.p. ! la bicyclette et l'épée. Il a fait deux mille kilomètres à pied, pour se reposer de penser, et quatre mille à bicyclette, dans la même intention... » (Jean Aicard).

 

La véritable consécration vint de manière paradoxale. C'est en effet au début de l'année 1896 que Jacques Le Lorrain fit une annonce qui fut largement commentée par la presse : il arrêtait la littérature pour devenir savetier, en ouvrant une échoppe dans le quartier latin. C'est ainsi qu'il fit distribuer ce prospectus rimé :

 

 

 

A mes glorieux prédécesseurs, Adam de Nevers,
Roboul, Jamin, Sachs,
Aux Etudiants.

 

Milice dont je fus, frères étudiants,
Je vous fais assavoir mirlitonnesquement
Que demain ou après-demain, mais pas plus tard,
J'installe au 25 de la rue du Sommerard
Une boutique de pauvre gniaf pas très fier,
Mais au talent duquel on pourra se fier.
On y fera le vieux, le neuf à volonté,
Et naturellement le tout très bon marché.
J'eus pas, comme écrivain, des masses de clients,
N'écrivant pas dans un style aimable ou touchant ;
Mais comme savetier il m'en faudrait des tas.
Par ces temps de biftecks, de sandwichs au foie gras,
Il est dur de manger du pain sans rien dessus !
Vous viendrez donc chez moi, gentils hurluberlus,
Braves étudiants, bons petits camaros.
Et vous aussi, rimeurs, ou confrères cossus,
Qu'avez la veine d'écrire dans les journaux.
Auteur, je fis jadis des pièces illisibles ;
Gniaf, je mets aujourd'hui des pièces invisibles.

 

 

Où l'on voit donc qu'il savait y faire en poésie publicitaire, ce qui nous conforte dans l'idée que le quatrain congolais pourrait bien être de lui !

 

A un journaliste du Temps venu le rencontrer, il explique sa décision :

 

 

 

la raison en est bien simple : c'est tout uniment la « faulte d'argent » redoutée de Panurge, et que je n'ai pu éviter. Depuis quinze ans que je vis à Paris, ma littérature ne m'a rapporté que des sommes insignifiantes. J'avais fondé quelque espoir sur ma pièce du Vaudeville, mais j'y avais imprudemment représenté un type d'homme de lettres, struggler for life sans scrupules ; sans doute par solidarité professionnelle, les spectateurs de la première crurent devoir me siffler. Deux autres pièces, après ce four noir, me furent rendue par les directeurs à qui je les avais offertes. Cependant, j'avais épuisé mon capital. Les théâtres m'étant fermés par ce début malheureux, mes romans se vendant peu et mes vers pas du tout, que faire ? Il fallait vivre. A trente-cinq ans, avec des antécédents aussi déplorables, on trouve malaisément un emploi ; et j'ai, du reste, horreur de toute dépendance. Il ne me restait donc qu'à prendre un métier manuel et j'ai choisi celui-ci parce qu'il ne m'est pas absolument étranger. Mon père était fabricant de chaussures à Bergerac ; dans mon enfance, je m'amusais à regarder ses ouvriers et à essayer de les imiter. J'ai engagé ici un bon travailleur avec lequel je complète mon apprentissage, interrompu par vingt ans de collège et de littérature. Il m'est déjà venu quelques clients. J'espère gagner ma vie, voilà tout ; je raccommode des chaussures, comme Spinoza polissait des lunettes, par nécessité, et je vous jure qu'il n'y a dans mon cas ni réclame, ni tolstoïsme.
[...] A vrai dire, pour l'instant, je suis tout à mon nouveau métier et je n'ai guère le temps de penser à la littérature. Mais l'ambition me vient : je rêve d'arriver à étendre mon commerce, à employer plusieurs ouvriers et à avoir beaucoup de loisirs tout en empochant des sommes assez rondes. Je pourrais alors composer à ma fantaisie des poèmes invendables et des pièces qui ne feront pas le sou. La cordonnerie est un métier qui en vaut un autre, et qui devient facilement lucratif. Le poète anglais William Morris n'a-t-il pas une boutique d'étoffes pour ameublements dans Oxford street ?

 

 

Les articles se succèdent, se répètent, pour raconter le destin du poète, et c'est l'occasion de parler d'autres « ouvriers poètes »...

 

Ainsi apprend-on que l'enseigne de la boutique représente une botte dont sortait une tête de gendarme, avec cette devise :

 

 

 

Ici, messieurs,
On fait au mieux
Le neuf et le vieux

 

 

 

On apprend également que celui qui se fait appeler dorénavant Jacques le Savetier a l'habitude de coller à la devanture de sa boutique des vers sur le thème de la chaussure. Ainsi, faisant pendant à des strophes sur « Le Soulier du pauvre », ce poème intitulé « La Botte du riche » :

 

 

 

De coupe irréprochable et de forme élégante,
Elle est pimpante, rutilante, extravagante,
Elle a des airs jolis, taquins, alambiqués,
Une allure frondeuse et des relents musqués.
Impertinente et vive elle a battu l'asphalte,
Couru de Vienne à Rome et de Burgos à Malte,
Gravi des escaliers de marbre ou de granit
Et porté bien des fois son maître en quelque nid
Natté de soie et d'or et fleuri d'asphodèles.
Elle sait maintes libertines ritournelles...

 

 

 

Là encore, on voit le rapport avec la poésie du Congo : il savait chanter la Chaussure de Jacques le Savetier comme d'autres, et sans doute lui aussi, savaient exalter le Savon du Parfumeur Vaissier.

 

Un autre journaliste, Georges Montorgueil, recueillit de Jacques Le Lorrain cette pénétrante mise au point :

 

 

 

Je pris que l'on considère les lignes qui suivent comme le complément et en quelque manière la conclusion des articles ou bouts d'articles qu'on a bien voulu me consacrer ces jours-ci. Et quoi que j'ai beaucoup de choses à dire, ma discussion ne portera que sur deux chefs.
Le premier a pour but de dissiper une confusion qui fut à peu près générale. On a écrit, au hasard, d'une plume galopante et sans remarquer la différence de sens, que présentaient les vocables ici accolés : « le savetier poète », le « poète savetier ». Il y a surtout une distinction à établir, distinction qui n'est nullement byzantine entre un savetier poète et un poète savetier : le premier a été gniaf avant d'être poète, le second a été poète avant d'être savetier.
A ce propos, d'érudits confrères, soigneux de m'éclairer sur la part d'originalité qui me revient, ont déroulé une liste où s'alignaient des noms d'ouvriers poètes. Et ici, qu'on me passe cette digression, je rappellerai ce souvenir qui n'est point éloigné. Lors de la représentation de Tel au Vaudeville, certain critique, après avoir déclaré ma pièce stupide - c'était son droit - se livre lui aussi à d'historiques recherches et me « révèle » deux douzaines d'auteurs dont je m'étais indubitablement inspiré, aussi bien que j'eusse accouché d'une ineptie, on ne m'en laissait même pas la très peu flatteuse paternité.
Oui, certes, ils sont nombreux ceux du peuple qui ont « taquiné la muse » : plus nombreux même qu'on ne le suggère. Mais qui a le souci de la vérité devra reconnaître que les écrivains authentiques ayant lâché la littérature pour un métier, un métier fort humble et peu élégant, s'il vous plaît, sont plus rares. Dans ces termes l'interprétation de l'acte n'est pas le même. Le fait - étant graisseur, pâtissier, ou même assassin comme Lacenaire - de cultiver les muses est dans l'ordre du désir et de l'amour propre humain : on se hausse, en effet, on se donne du chic et de l'allure, en s'annexant un titre qui présuppose quelque distinction de pensée. Mais après avoir été un ardent amateur de l'effort cérébral, se vouer au labeur physique, et bien c'est peut-être plus dur qu'on ne le croit. Moi, j'ai pris la chose gaiement, parce qu'il vaut mieux rire des choses que d'en pleurer - mais il ne faut pas croire que la chose en elle-même était gaie.
Voici le second point :
Je pense que si l'on daignait réfléchir on découvrirait un autre enseignement profitable dans l'acte qui m'a fait descendre du grenier du poète à l'échoppe du savetier. Il y a fatalement dans le métier d'écrivain beaucoup de malchanceux ou de mal outillés, sur qui ne choit nul rayon de gloire et dans la poche desquels ne tombe jamais le moindre ducaton. Sont-ils - pour ouvrir une parenthèse - des non arrivés, des ratés ou des inaptes, comme les « heureux » le propagent ? Non point tous, j'imagine.
D'aucuns parmi eux peuvent, doivent avoir un talent trop particulier, trop hautain, trop subtil, trop délicat même, pour conquérir un nombre considérable d'admirateurs. La réussite en littérature n'est point que je sache la mesure du mérite. Entre tel gros bonnet des lettres qui gagne 200 000 francs par an et tel autre qui ne gagne pas cent sous, il n'y a pas la différence du bénéfice réalisé. Bref, que ce soit juste ou non, il y a des inélus, en grand nombre. Pourquoi s'obstinent-ils à demander à leur profession, ce qu'elle ne veut plus leur donner, ce qu'elle ne leur donnera jamais ? Pourquoi s'exposer à mille détresses physiques et morales, toujours mauvaises conseillères, déprimantes et dégradantes à la longue, poussant celui-ci à l'ivresse, acculant celui-là aux expédients louches ?
On n'est pas tenu d'ailleurs de brûler jusqu'aux cendres ce qu'on a jadis adoré. Il n'est pas de métier qui ne laisse de loisirs à qui l'exerce. En ces heures-là, l'on peut donner un corps à ses chimères et de la vie à ses rêves. Et croit-on que l'art ainsi créé doive être si détestable ? Et n'ayant plus besoin de pièces pour vivre, l'écrivain peut mener son oeuvre à telles fins qu'il lui plaît et par tous les chemins qui lui sourient. Du coup notre littérature en deviendrait plus composite, plus pittoresque, mais surtout plus noble et plus fière ; car, et c'est là une thèse qu'il me plairait soutenir, il ne faut pas que la littérature se vende, il ne convient pas que l'écrivain soit « un ayant besoin de gagner de l'argent ». Qui est dans l'obligation de ramasser des rentes en fait trop souvent son but. On ne voit pas ce que devient l'art soumis à des nécessités de cet ordre. Il s'y dénature et s'y avilit
.

 

 

 

Le 17 juillet 1898, c'est-à-dire quasi simultanément à la parution de « Ménélik, négus d'Abyssinie », plusieurs journaux annonçaient que Jacques Le Lorrain renonçait à la cordonnerie... : « Il a cédé son échoppe de la rue du Sommerard à son associé et a repris son luth. Il écrit actuellement quelques poèmes dans son nouvel appartement de la rue Bertholet... »

 

 

 

Ni la jeunesse lettrée du quartier Latin, ni les camarades aisés, ni les aînés, glorieux et riches, n'ont songé au pauvre savetier. Pourtant un journal de la cordonnerie me demanda des piécettes de vers qu'on me paierait, disait-on, vingt-cinq francs chacune. J'acceptai l'offre, mais hélas ! après un essai, la direction du journal trouva que, décidément, vingt-cinq francs c'était beaucoup d'argent pour quelques vers. Songez donc ! à ce prix-là on peut avoir une paire de bottines vernies et cousues à la main !...
 

 

 

Tout semble, encore une fois, cordonnier, euh... concorder ! Si Jacques Le Lorrain a pu écrire des vers spécialement, et contre rétribution, pour un journal de la cordonnerie, il a donc pu écrire aussi pour le Savon du Congo !

 

 

 

 

Jacques Le Lorrain va donc à nouveau publier : L'Au-delà (1899), étrange roman sur le monde spirite, qui intriguera mais pour lesquels des critiques relèveront « des expressions d'une inutile bizarrerie » ; Trop belle (1901), roman qui paraît en feuilleton dans la Nouvelle Revue ; Ça et là (1901), un recueil de vers rappelant Baudelaire aussi bien que Richepin ou Rollinat, « des romances, des chansons, des cauchemars, d'une ardeur parfois un peu brutale et montmartroise », selon Léo Claretie ; Les Voluptueux (1902), son dernier roman.

 

Sa dernière oeuvre sera la plus remarquée : Don Quichotte, comédie héroïque en quatre actes et six tableaux, représentée au Théâtre Victor-Hugo - futur Trianon - en avril 1904. L'auteur fit le voyage de Libourne, où il résidait désormais, malade, afin d'assister à sa pièce pour laquelle le public et la critique s'enthousiasmaient. Quelques jours plus tard, sous le coup de la fatigue et de l'émotion, il mourait. Massenet s'inspira de la pièce pour son opéra, dans lequel se trouvent des vers de Le Lorrain, mais on oublie toujours de le préciser...

 

Jacques Le Lorrain s'était identifié avec Don Quichotte. « Il était le « chevalier de la Triste Figure » lui-même, Don Quichotte, long comme un jour sans pain, émacié, la barbiche en fil de fer, la moustache en croc, tour à tour riant ou maussade, raide, hautain, avec des retours de tendresse et de grâce, avec je ne sais quoi d'attirant et d'étrange », écrit Louis Schneider qui précise que Le Lorrain travaillait déjà à son Don Quichotte dans sa boutique de savetier. « Jacques Le Lorrain a été le type du pauvre hère qui a vécu dans la fiction, dans l'idéal, en se heurtant à la réalité, Don Quichotte lui-même, se battant contre des moulins à vent et par eux meurtri. »

 

Mais au fait, la représentatiobn de Ménélik dans le quatrain du Congo, n'est-elle pas quelque peu donquichottesque ?

 

 

 

Les choses, cependant, se compliquent - ou se résolvent, comme on veut ! - par la découverte d'un sonnet paru dans le Gaulois du 3 juillet 1898, c'est-à-dire une semaine avant le quatrain dédié au Congo :

 

 

 

MÉNÉLIK

 

 

Roi chez qui Tout Paris pour l'heure se goberge,
Il règne en un pays très méridional ;
Il fait lui-même son marché, c'est peu banal,
Il habite dans une maison sans concierge !

 

Sur son onagre zain le soleil d'or l'asperge,
L'escarboucle rutile au creux du pectoral ;
Et son poing bossué d'un rubis sidéral
Porte comme une croix l'éclair de sa flamberge !

 

O prince sympathique et qui plais au public
La Fille de Roland eût été de toi digne ;
Oui, j'écrirai plus tard la Fille de Ménélik !

 

Une toison d'un noir insigne
Domine son front ardoisé...
N'y touchez pas... il est frisé !...

 

 

Ce sonnet apparaît dans la rubrique du Gaulois « La Petite Semaine », tenue par « Brandy and Soda ». Sous cette double et mystérieuse signature, paraissait depuis 1896, une revue de l'actualité de la semaine qui avait souvent recours à la poésie et au pastiche. Ainsi, ce 3 juillet 1898, tout était pastiche : les divers compte-rendus, présentés comme provenant d'amis collaborateurs, sont signés J. Cornély, Alphonse Allais, Pierre Loti, Emile Zola et Francisque Sarcey... Quant au sonnet - prouesse ! -, il était « dû à la collaboration de quatre poètes académiciens »... Ainsi, les auteurs des deux tercets étaient respectivement Henri de Bornier et Sully-Prudhomme ; celui du premier quatrain, François Coppée ; et le second quatrain, qui nous intéresse spécialement, était né sous la plume de... José-Maria de Hérédia !

Ce n'était pas la première fois que Brandy et Soda imitaient Hérédia : le 4 juillet 1896, par exemple, ils offraient à lire, en commentaire de l'affaire de la tiare de Saïtapharnès, ce sonnet « attribué (sous toutes réserves) à M. José-Maria de Hérédia » :

 

 

 

La sardoine femelle et le chrysobéryl
Au frontail du bandeau mettent des lueurs mates ;
On connaît le burin des ciseleurs dalmates
A deux cobras d'or vert cabrés hors du toril.

 

Aux hymnes des buccins, dans un soir de péril,
Fut offerte, en un coffre alourdi d'aromates,
A Saïtapharnès, Khan des totems sarmates,
La tiare monstrueuse en forme de baril.

 

Or, il était au Louvre une double vitrine,
L'une éclatante d'or, d'ambre et d'aigue-marine,
L'autre vide attendant de rutilants pendants.

 

Quand un marchand tatar s'en vint portant la tiare
Vendre au conservateur éperdu qui s'effare,
L'impérial joyau pour le mettre dedans..

 

 

Que conclure de cette enquête ?

 

Le quatrain « Ménélik, négus d'Abyssinie » n'est pas de Jacques Le Lorrain : c'est un plagiat d'un faux Hérédia...

Et si c'était un auto-plagiat ? Qui étai[en]t « Brandy and Soda » ?

Et si le véritable voeu d'Isidore Ducasse réalisé par Victor Vaissier n'était pas tant celui de la  poésie « faite par tous » mais celui du « plagiat nécessaire » ?

 

Au fait, j'avais oublié de préciser que sur les trois publications, en 1898, du quatrain du Congo, seules deux étaient signées J. Le Lorrain. Dans la troisième, le poème était attribué à Rosa B...

 

Rosa Bonheur ? Rosa Bruck ?

 

 

Classé dans : Lectures - Mots clés : Savon du Congo, Jacques Le Lorrain, poésie publicitaire, Victor Vaissier, Ménélik, décadence, Don Quichotte, ouvriers poètes, José Maria de Hérédia, plagiat, pastiche, Isidore Ducasse, publicité littéraire - aucun commentaire

Le Cri du héraut

Rédigé par Grégory Haleux le 27 avril 2015

 

 

Albert Mockel commence ainsi, le 31 janvier 1895, une lettre à André Gide :

 

 

 

Mon cher ami,

 

Toute la littérature s'en va à la fumisterie. Voici aujourd'hui Merrill qui m'adresse des vers pour le savon du Congo (et cela en insinuant qu'il connaît des rimes à saligaud) [...]

 

 

Or, voici que nous découvrons, dans La Croix du 4 janvier 1889, ce quatrain dédié à la gloire de la Parfumerie Vaissier :

 

 

 

LE CRI DU HÉRAUT

 

À tous les mal blanchis de la terre et de l'onde
Faisons savoir qu'à moins d'être un pur saligaud,
Chacun se doit d'user du savon du Congo
Qui fait d'une négresse une idéale blonde.

 

 

Une négresse blonde... Et si ce quatrain était de la plume de Georges Fourest, tout juste débarqué à Paris et cherchant à survivre par le moyen de la poésie publicitaire ?

 

 

 

― Du 21 mars au 7 juin 2015, a lieu au musée La Piscine de Roubaix une exposition sur l'oeuvre de Victor Vaissier, L'Aventure des savons du Congo.

 

 

Classé dans : Lectures, Le Poète - Mots clés : publicité littéraire, poésie publicitaire, André Gide, Albert Mockel, Stuart Merrill, Georges Fourest, Victor Vaissier, Savon du Congo - aucun commentaire

Vous doutiez-vous qu'il eût une fille ?

Rédigé par Grégory Haleux le 16 février 2014

Je m'étonnais, il y a trois ans, en découvrant une publicité littéraire de 1923 de type teasing (le message était fragmenté en sept livraisons quotidiennes). J'en rencontre cette fois une bien antérieure dans le quotidien Le Petit Parisien : elle est datée de 1911, c'est-à-dire deux ans avant ce que je croyais être la première campagne de teasing. Sa composition et sa durée battent également des records : 20 étapes, étalées sur presque un mois.

Cela commence le 10 octobre 1911 par une question incompréhensible :
 

 

 

 

 

Le lendemain, la phrase reparaît, cette fois avec un subjonctif... Le sujet est doublement mis en valeur :

 

 

 

 

Le 12 et le 13 octobre, toujours la même question, mais qu'on a pris la peine de réécrire :

 

 

 

 

Le 14, on s'exclame :

 

 

 

 

A partir du 15, la question est accompagnée d'une image :

 

 

 

 

Le 16 :

 

 

 

 

Le 17 :

 

 

 

 

Le 18 :

 

 

 

 

A partir du 22, on commence enfin à comprendre :

 

 

 

 

Le 23 :

 

 

 

 

Le 24 :

 

 

 

 

Le 25 :

 

 

 

 

Le 27, on se prend à espérer :

 

 

 

 

Le 28 :

 

 

 

 

Le 30, on justifie tant de mystère :

 

 

 

 

Le 31, il faut se rendre à l'évidence  :

 

 

 

 

Le 1er et le 2 novembre, il n'est pas trop tôt :

 

 

 

 

Le 5 novembre, quelques précisions s'imposent :

 

 

 

 

Nos loisirs était un magazine illustré de lecture et de culture populaire, appartenant au groupe du Petit Parisien.
Georges Clavigny (1873-1946 ; pseud. de Jules Besse), journaliste et auteur de romans d'aventures et pour la jeunesse, dirigea à ses débuts un hebdomadaire humoristique et coquin, Sans-Gêne.

 

 

 

 

 

 

Les aventures du Vautour de la Sierra sont en fait des adaptations de récits écrits à l'origine par Kate Hesketh Pritchard (pseudonyme de Kate O'Brien et Hesketh Vernon). Mettant en scène un personnage de gentilhomme bandit, Don Quebranta dit le Vautour de la Sierra, elles auraient été très populaires avant-guerre. Il paraît que Guillaume Apollinaire et Ambroise Vollard en étaient friands.

 

 

 

 

 

 

Classé dans : Lectures - Mots clés : publicité littéraire, presse, romans populaires - aucun commentaire

Cessez de lire en douceur avec Michel Ohl

Rédigé par Grégory Haleux le 04 février 2013

 

 

 

in Michel Ohl, Le Prix du Bœuf - Ripopée posthume, patriotique et familiale,
annotée par Narcisse Boudigans
. Plein Chant, 1996. p.127

 

 

Commencer de lire en douceur Michel OHL

 

Classé dans : Lectures - Mots clés : Michel Ohl, 'Pataphysique, Plein Chant, publicité littéraire - aucun commentaire

Les écrivains, le public et la réclame, par Octave Uzanne

Rédigé par Grégory Haleux le 20 janvier 2013


 

 

A propos d'un article d'Albert de Bersaucourt, « Le livre et la réclame », nous remarquions que le marketing littéraire était déjà bien avancé en 1923 et qu'il avait finalement peu évolué. Sur le même sujet, voici une étude du bibliophile Octave Uzanne d'abord parue dans sa revue de bibliographie moderne Le Livre (n°89, 10 mai 1887) et reprise en ouverture de son livre Les Zigzags d'un curieux. Causeries sur l'art des livres et la littérature d'art. Quantin, 1888). Encore une fois, on soulignera qu'il y a déjà 125 ans... Constatons qu'Octave Uzanne maniait la plume avec style et conseillons enfin de fureter dans le riche blog que lui consacre Bertrand Hugonnard-Roche.

 

 

LES ÉCRIVAINS, LE PUBLIC ET LA RÉCLAME

 

 

Ganganelli, qui, sous le nom de Clément XIV, occupa le trône pontifical, prétendait que tous les livres du monde pouvaient se réduire à six mille volumes in-folio, et que les ouvrages modernes n'étaient que des tableaux qu'on avait eu l'art de rafraîchir, de la manière la plus propre à donner dans la vue. — Je ne sais sur quelles bases le savant patriarche œcuménique établissait ses calculs pour décider ainsi ex cathedra d'une question aussi formidablement complexe, mais je crois bien qu'il tablait un peu trop sur sa haute infaillibilité; aussi je me déclare très schismatique sur cette sentence trop souveraine. Depuis plus d'un siècle que cette opinion a été émise, les livres ont pris une extension prodigieuse; en ce moment, à Paris seulement, il se publie quotidiennement vingt-cinq ou trente ouvrages dans toutes les branches de la littérature et des sciences, et, bien qu'on ait prétendu que chacun, individuellement, était admis à traiter les livres comme la société, en prenant quelques amis dans l'immensité de la foule, il n'en demeure pas moins évident que le public s'effare et que les lettrés commencent à lâcher pied éperdument dans le courant des connaissances littéraires de ce temps.
Comment pourrait-on lire, même en opérant un choix judicieux — ce qui déjà réclame du loisir — parmi la quintessence des meilleurs livres contemporains ? — Il semble que nous glissions rapidement au chaos, et, dans la situation présente, le malicieux abstracteur Ganganelli risquerait de perdre, sans retour, toutes ses bulles pontificales.
Dans le domaine de la fiction, les romans, cette nourriture intellectuelle des peuples corrompus et décadents, nous arrivent de toutes parts comme une ultime plaie d'Egypte; ils s'étalent et s'étouffent en une telle confusion à la lumière de la publicité, que les bons pâtissent pour les mauvais et que le lecteur écœuré, désorienté, fatigué par la concurrence qui se dispute son attention, pourrait bien un jour entrer en grève, et mettre ainsi en interdit, pour quelque temps du moins, messieurs les conteurs et amuseurs de foule.
Dans la République des lettres, l'anarchie est déjà visible; on est si fortement sollicité par tous les talents éclos de la veille, on se sent si distancé par l'express de la production et par la cohue sans cesse renaissante des hommes nouveaux, on éprouve si bien l'impossibilité de constater par soi-même la valeur réelle des uns et des autres, que l'on accorde sans marchander et sur on dit tout l'esprit et tout le mérite du monde à ceux qui ont eu l'habileté de faire sonner leur nom comme une trompette de tramway à l'oreille distraite des passants.
Notre société littéraire se compose donc d'individualités nombreuses, qui tôt ou tard entrent en relation, et qui ne connaissent guère, l'une vis-à-vis de l'autre, que le titre de leurs principaux ouvrages respectifs; pour ce qui est de la valeur intrinsèque et personnelle, la vie est trop hâtive; on se frôle, mais on ne s'analyse pas. On discute encore sur un article de journal, sur une thèse soutenue en Premier Paris; quant aux livres, il faut y renoncer. On les flaire chez les libraires, dans les boudoirs ou dans les antichambres des cabinets de consultation; mais les lire, se les infuser par la vue, y songez-vous!... Les faiseurs d'opuscules peinent déjà trop sur leurs propres ouvrages pour songer à ceux du voisin.

 

*
*  *

 

Les dernières années de notre XIXe siècle sont, à ce point de vue, bien intéressantes à regarder d'un œil sceptique et clairvoyant, d'autant mieux qu'on peut s'attendre à l'imprévu et à la curiosité d'un krach du livre, comme il y a déjà eu un krach de la peinture, et comme il y aura bientôt aussi, il faut du moins l'espérer, un krach de ce bas art envahissant qu'on nomme l'art théâtral.
Barbey d'Aurevilly a récemment publié, en tête de son Théâtre contemporain, une admirable préface, où l'auteur des Prophètes du passé montre qu'il pourrait bien être également un prophète de l'avenir. Ce noble dandy des lettres, qui vit en solitaire comme les aigles et les lions, et qui ne cache point son mépris pour toutes les bergeronnettes qui suivent en sautillant les sillons du succès, se gausse avec un bon sens profond et hautain du monstrueux histrionisme moderne.
Écoutez-le un instant :
« Le théâtre, dit-il, est le tyran du jour. Il s'affirme outrecuidamment lui-même, par l'organe de ceux qui en font la plus belle œuvre de l'esprit humain, et, jusqu'ici, nul critique ne s'est levé contre cette prétention intolérable et ridicule, et ne lui a campé le démenti qu'elle méritait...
« Nous ne voulons ici qu'agiter la question littéraire. Selon nous, en effet, la littérature, la vraie, la grande et la forte littérature, n'a pas de plus mortelle ennemie que ce qu'on appelle la littérature du théâtre, et ce qui rend le péril plus menaçant encore pour la véritable littérature, c'est que la malheureuse ne s'en doute pas. Avec tout son esprit, elle est sur ce point sans pénétration et presque sans discernement. Troyenne imprudente, elle souffre Sinon dans son camp; que dis-je ? elle le festoie, elle le couronne; elle a aussi l'amour, l'admiration et l'engouement du théâtre et des choses du théâtre, autant et plus que les illettrés, qui les adorent pour les plus basses et les plus immorales raisons.
« Comme une foule d'êtres destinés à périr par leurs vices aurait-elle donc l'amour de ce qui doit la tuer?... Que dis-je encore? elle en a la bassesse. Ce que David faisait devant l'Arche, elle le fait devant un tréteau. Elle supporte très bien de ne venir, dans l'opinion, qu'après la littérature théâtrale, et elle paye elle-même les violons et les trompettes des plus sottes gloires nées sur les planches...
Est-ce que le plus idiot vaudeville, pour peu qu'il soit représenté, ne trouve pas toujours à son service le compte rendu qu'un livre fort, réduit à sa seule force, ne trouverait jamais? Lisez les journaux, et jugez! — Les journaux, qui devraient être les éducateurs du public et qui n'en sont que les courtisans, quand ils n'en sont pas les courtisanes, ont créé des espèces de chaires de littérature théâtrale à jour fixe, très appointées et très amoureusement guignées de tout ce qui a plume. Dans l'indifférence générale et morne où nous vivons pour la forte littérature, un journal pourrait, en effet, sans inconvénient d'aucune sorte, se priver du simple critique littéraire qui n'a que de la conscience et du talent, et qui choisit, parmi les œuvres injustement obscures ou impertinemment éclatantes, celles-là sur lesquelles il faut porter hardiment la lumière ou la main. Mais aucun n'oserait se passer du critique de théâtre, de ce critique qui, lui, ne choisit rien, car, pensionnaire de ses entrées, il est obligé de parler de ce qui se joue, se chante ou se saute, le long d'une semaine, dans un pays qui, ne trouvant pas assez de théâtre comme cela, vient de dire le dernier mot du cabotinisme qui nous dévore, en inventant les cafés chantants!!! »

 

Jamais on n'a exprimé plus nettement que d'Aurevilly l'incroyable envahissement du théâtre, ni fait aussi judicieusement germer une idée de révolte qui devrait entrer logiquement dans la tête de tous ceux qui mettent du noir sur du blanc; mais comme le fait remarquer l'illustre théâtrophobe, cet affolement du théâtre est si universel, si profondément passé dans nos mœurs, que, comme la folie partagée, il ne fait horreur à personne, et que le maître critique qui dénonce aujourd'hui comme monstrueux un pareil phénomène risque de passer demain lui-même pour un autre phénomène d'absurdité et de paradoxe. Un moraliste n'a-t-il pas dit: Si vous ne voulez point passer pour fou, entrez dans la folie commune... Ne dérangeons point nos petits cochons.

 

*
*  *

 

Cette question de priorité de l'œuvre jouée sur l'œuvre imprimée, dans la critique, est cependant plus grave qu'on ne l'imagine communément. Le théâtre accapare la presse, du rez-de-chaussée au premier étage, de l'article de début à l'article de fin, en passant par le « théâtre dés faits divers », le drame des assassinats, le vaudeville des Chambres, la comédie des tribunaux et le cabotinage des diplomaties étrangères. Il ne reste guère aux livres que les annonces de la quatrième page et des entrefilets aux Echos du jour, dont les éditeurs peuvent s'offrir le luxe moyennant un ou deux louis par ligne. — Il y a bien quelque part, dans la rédaction, un critique bibliographe chargé de recevoir les livres nouveaux; mais ce rédacteur, dépaysé, fonctionne mal à son aise et ne parvient guère qu'à fournir, sans commentaires, la liste incomplète des ouvrages publiés. — Pendant que la littérature, dans sa plus forte expression, est ainsi vilipendée, les êtres et les choses du théâtre sont accueillis avec une faveur incroyable et qui prime tout autre sujet dans la presse dite boulevardière. A côté du critique théâtral qui pontifie presque chaque jour, on a inventé le soiriste, une belle invention, je vous jure, qui consiste à encabotiner complètement Paris et la province, en nous initiant familièrement à la vie intime de tous les pitres et de tous les queues-rouges de la métropole. Au soiriste s'est adjoint le parisiste, créé tout naturellement pour nous montrer le dessous des pièces et parfois le dessous des jupes, pour interviewer l'auteur la veille d'une première, ou pour chiffonner une réclame chaudement rétribuée par les couturiers et couturières de ces Dames.
Pendant que, du haut en bas du journal quotidien, on orchestre la partition des cantates du théâtre, les pauvres livres attendent vainement un mot d'approbation ou d'improbation; l'omnibus de la publicité est au complet, le roman comique des temps modernes s'y prélasse et n'est point prêt d'en sortir. — Chaque jour, la petite place laissée à la littérature se fait moindre et s'efface de plus en plus; je ne parle pas de la critique, comme la professèrent certains lundistes de l'envergure de Sainte-Beuve, celle-ci repose en paix depuis longtemps, et son ombre n'apparaît guère qu'à des intervalles trop lointains pour qu'on ait encore à s'en inquiéter mais, dans le journal à grand tirage, les littérateurs en sont presque réduits à l'annonce, comme de simples négociants, ou à l'article payé au prix de quelques billets de mille, sous couleur de pots-de-vin, car le nombre n'est malheureusement pas encore trop limité des journalistes en renom qui ne s'effrayent point de ces marchandages du donnant-donnant.

 

*
*  *

 

Il ne reste, en conséquence, aux ouvrages de la littérature imprimée et brochée que certaines feuilles spéciales et honnêtes, et plus particulièrement les périodiques hebdomadaires, les revues bleues, vertes, jaunes ou orange, les magazines mensuels et bi-mensuels et aussi — je ne dis point cela sans tristesse — les journaux étrangers, le plus souvent mieux renseignés sur notre talent national et sur nos écrivains nouveaux que nous ne le sommes en général, dans ce Paris où tout est cabotinage, jusqu'à l'œil en coulisse de la Renommée, cette première grande sauteuse des féeries en carton de la Gloire.
Il s'ensuit que les faiseurs de livres, se voyant à chaque heure nouvelle plus nombreux et sentant le peu de moyens dont ils disposent pour se faire connaître de ce grand public qui reste à leurs yeux comme la terre promise des succès à éditions successives ou à mille numérotés, agissent un peu comme les naufragés et se bousculent, se hissent, s'étouffent, se piétinent, pour jeter leurs précieux bagages dans les canots de sauvetage de la publicité qui s'offre encore à eux. Il y a forcément encombrement, et toute la pacotille fait parfois le plongeon en route; c'est un peu au petit bonheur, et jamais la fortune ne s'est montrée plus capricieuse, plus femme, plus aveugle que dans la distribution de ses sourires aux gens de lettres, car jamais un chef-d'œuvre n'a autant couru de risque qu'aujourd'hui de rester inconnu, alors que des centaines de publications médiocres se voient célébrées par l'inexplicable du sort, aidé de la roublardise de leurs auteurs.
Un des diagnostics les plus significatifs de cet état de choses et du détraquement normal des esprits à l'heure actuelle est, cela s'explique par ce qui précède, la soif immodérée de la réclame, le délire de l'annonce, la fièvre du grand article, la boulimie de la chronique élogieuse ou de l'entrefilet flatteur qui tient en mauvaise haleine tous nos contemporains. Oncques l'assaut à la publicité n'avait été plus furieux qu'en ces dernières années; chacun brûle de se voir affiché dans l'entre-colonne des journaux et la vanité paye a prix d'or ou de bassesses, en monnaie sonnante ou en obséquiosités louches, la faveur de voir telle action ou telle œuvre ingénieusement lustrée d'éloges en bonne page des feuilles quotidiennes ou périodiques.
Dans le monde littéraire, ce mal a atteint son apogée, et le paroxysme est d'autant plus intense et stupéfiant qu'il y a pléthore dans la production et anémie dans la critique. La bibliographie consciencieuse disparaissant peu à peu de la presse et le livre se multipliant avec surabondance, le public semble mis au défi et à la question. Un ouvrage paraît, fixe une demi-seconde l'attention; puis un autre se présente et l'accapare aussitôt; c'est un flux perpétuel, mais si bruyant et si tumultueux qu'on n'ose y regarder de trop près, de peur d'y laisser choir son intellect et d'y noyer son jugement. La critique minutieuse essaye bien de sauver quelques épaves et d'écluser un peu de réputation, sur ce grand fleuve d'indifférence et d'oubli, à ceux qu'elle aperçoit le plus en relief au fil de l'eau; mais elle ne peut remplir son office que patiemment, et les affamés de gloire ou de considération hâtive se raccrochent aux cloches de la réclame et s'efforcent de provoquer les regards par des contorsions immodestes ou incohérentes.
Cette grande hystérie du charlatanisme littéraire, qui n'épargne pas les plus sages, mérite d'être étudiée dans ses manifestations d'aveuglement et d'égoïsme, et tous ces possédés du prurit de l'éloge valent bien qu'on les discute et les disculpe à la fois. — Je m'y essayerai d'autant plus volontiers que le sujet m'intéresse et que je me crois placé assez juste à point, en plein monde de la librairie et de la presse, pour distinguer les causes et les effets avec une assez douce et peu chagrine philosophie.

 

*
*  *

 

L'auteur, le critique ou réclamier et le public se trouvent placés à trois points de vue très différents, qui ne leur permettent de juger les choses que sous des aspects entièrement dissemblables. Prenons-les tour à tour pour les mieux observer.

 

— L'écrivain qui conçoit son œuvre dans le domaine scientifique, poétique, historique ou analytique, y absorbe totalement sa pensée et sa vie; il promène son rêve avec le véhicule de la foi et formule son idéal, ses fantaisies, sa didactique ou son jugement, avec l'assurance de son talent ou l'outrecuidance de son génie. Il hypnotise son concept dans son travail, il sent cette sorte de maternité intellectuelle qui porte à son cerveau toutes ses forces agissantes; il est en pleine gestation et pense accoucher d'une publication unique, prodigieuse, originale, à nulle autre pareille; il se châtie dans son manuscrit et se mire dans ses épreuves typographiques.
Songez que, durant un an, six mois ou quinze semaines, il est resté enclos dans sa création dont rien ne l'a pu distraire. Ce fut pour lui une enfanture toute spéciale, une incubation intellectuelle dont il s'est engrossé et enorgueilli inconsciemment jusqu'à l'amour-propre et l'égotisme le plus paradoxal. Il s'est enfermé avec son œuvre jusqu'à ce que son œuvre sortît de lui. Tant qu'il l'a couvée, il n'a rien craint pour elle; mais dès le moment où cette chose issue de sa moelle et de ses veilles a été sur le point de prendre son essor dans la société, il s'est vu tout épinglé de préoccupations et de soucis d'avenir, car il a rêvé pour elle les plus hautes destinées.
L'ouvrage paraît enfin, avec les langes de sa couverture coquette où le titre semble sourire au passant. C'est, pour l'écrivain, le grand jour du baptême, le jour sacro-saint, où, transporté par la religiosité profonde de son soi, il lui semble que le monde va être transformé par l'apparition de son livre-Messie, et qu'il n'y aura pas assez de cloches dans tous les campaniles du journalisme pour en carillonner la joyeuse venue.
Aussi, contemplez-le dans son rayonnement de paternité superbe; il écrit des envois ou des dédicaces à tous les militants de la plume, avec autant de fierté qu'un héros annonçant sa victoire; il ne s'inquiète point de savoir si l'heure est propice, si l'atmosphère trop chargée d'événements ne nuira pas à la délicatesse de sa progéniture cérébrale, si le marché public n'est point encombré d'autres ouvrages qui écraseront par le scandale ou la vulgarité éclatante la distinction fine de sa fiction d'art; il ne veut rien voir, rien entendre que cette sirène intime qui chante en lui l'hymne de la bienheureuse délivrance: Noël! Noël! Béni soit l'enfant idéal et sublime! et ce chant dont il se grise, il pense qu'il va se répandre par les cent mille échos de la presse et emplir tout l'univers étonné.
Durant la quinzaine qui suit l'apparition de son rêve imprimé, il ne vit plus de sa vie propre, il est en mal de réputation, de bruit, de célébrité; il attend tout de la voix publique, et dans chaque journal qu'il déploie, il recherche fébrilement l'article ambitionné, la mention flatteuse, l'entrefilet bienveillant, et, à défaut d'une critique impartiale, il se complaît à la lecture de la petite réclame chamarrée d'éloges que son libraire, si ce n'est lui-même, a rédigée et largement. mise en circulation.
Dans ses promenades, il scrute l'œil de ses amis, quêtant un mot d'enthousiasme passager; il va de librairie en librairie flairer la vente et inspecter les étalages; puis, de plus en plus sombre et nerveux, il s'abonne à l'Argus de la Presse ou à l'Oeil de lynx afin que ces Agences le tiennent au courant de tout ce qui se débitera urbi et orbi sur les mérites de son œuvre. Ce n'est plus un homme, c'est une hyène en cage.
Enfin, sans qu'il y paraisse, lentement sa patience se lasse, son enthousiasme s'assoupit et sa rancœur s'éveille; il se sent irrémédiablement noyé dans le flot d'imprimés qui sourcent de toutes les typographies de France; il accuse sourdement la sottise publique, l'imbécillité bourgeoise, l'indifférence des foules; il se dresse contre les critiques, « ces vendus » qui ne savent point découvrir le vrai mérite sur le lit de bouquins où ils se vautrent et s'endorment; il se range, sans y prendre garde, dans la grande légion des mécontents et des incompris; il erre découragé, amolli, rancunier, boudeur au monde, banni de gloire, jusqu'à ce que l'ambition le remorde fortement au cœur et qu'il se replonge dans un nouveau travail, régénéré par le labeur et la lutte, enivré par la chaleur de la conception qui prend forme, plus modéré dans ses désirs et surtout moins naïf vis-à-vis des confrères et de l'indifférence mondaine.

 

*
*  *

 

Si l'auteur sus-désigné est Parisien de résidence et qu'il publie annuellement deux ou trois ouvrages, il se blasera vite sur la cuisine au laurier de la critique, il deviendra vivement, sinon indifférent, du moins légèrement sceptique il indulgentera les faiseurs d'anges dans le domaine des paradis artificiels de la célébrité; il sera miséricordieux au public, et de plus en plus distrait de sa personnalité par la personnalité des autres, dans ce grand mouvement de libre-échange des sociétés littéraires, il ne tardera pas à reconnaître que la joie seule de faire une œuvre affinée est assez intense et ineffable pour être payée au prix de tous les silences et de toutes les ingratitudes de la Béotie universelle.

 

A l'écrivain moderne, j'opposerai le critique moderne, lettré, indépendant, honnête et sincèrement épris des lettres; car je veux croire que, pour rarissime qu'en soit l'espèce, elle existe encore à quelques exemplaires humains; je prendrai donc ce justicier équitable, passant ses nuits à lire et ses jours à analyser les sensations de ses lectures. Ce sera, si vous le voulez, le bibliologue idéal, cuirassé de toutes les vertus sacerdotales. Je le prendrai dès le début de sa carrière, et j'essayerai de tracer son portrait dans la manière un peu vieillotte du XVIIe siècle, sous le masque passe-partout d'Ariste. Nous y voici.
Ariste est entré dans les lettres avec un bagage d'études si considérable que ses amis craignaient qu'il n'eût à payer l'excédent au guichet de l'opinion publique. Très versé dans les anciens et imbu des œuvres des derniers siècles, il y apportait en outre une personnalité très réelle, et, qui mieux est, un caractère de haute droiture et de parfait jugement.
L'amour des livres, plutôt la biblio-psychologie que la bibliophilie, dirigea sa plume vers la critique il y réussit, et ses sentences eurent grand crédit auprès des délicats. Ariste, jeune encore, se jura de demeurer étranger à toute coterie et de fuir les amitiés littéraires il voulut ne connaître que les oeuvres et ne subir pas l'influence des hommes il y réussit tout d'abord, mais peu à peu il eut la désespérance de remarquer qu'il n'est point d'isolant possible dans une république d'écrivassiers, et, sans qu'il pût se rendre compte comment la chose lui était advenue, il se vit bientôt presque autant d'amis que Paris comptait de faiseurs de livres, tous « très chers confrères » qui lui baillaient le baise-mains dans des dédicaces non moins chaleureuses que follement sucrées.
Il se roidit cependant, se dégagea, essayant de faire le cercle autour de lui par des horions nettement appliqués sur les méchants auteurs, les plus agressifs dans leur amitié; il donna du bec sur les gens de plume; mais plus le bec était dur, plus les plumes se montraient caressantes et les sourires engageants. Sa réputation était faite les lettres pleuvaient sur sa table, les livres débordaient de toutes parts, sur les meubles, sur les chaises, sur les tapis; le flot montait toujours.
Ariste lutta désespérément il s'efforça de tenir tête à cet élément d'impressions qui submergeait lentement jusqu'à sa volonté et à son culte littéraire mais déjà il ne lisait plus, il effleurait un livre, en respirait l'esprit sans entrer en plus intime commerce avec lui. — Son logis n'était plus la Thébaïde d'autrefois, le coin béni des communions d'idées à la sainte table des travaux patients, c'était une sorte de bureau où tous les « fraîchement imprimés » venaient se faire enregistrer. On sonnait...: des livres, des paquets de livres lui étaient remis... il les regardait, les jugeait d'un premier coup d'oeil, remettant au soir un plus complet examen. On sonnait encore... et de nouveaux livres lui étaient portés avec lettres justificatives, recommandations et tablettes de louanges toutes prêtes à être diluées en articles, sur un feu doux d'enthousiasme ; — on sonnait, on sonnait toujours, et les livres s'entassaient, parfois tenus en mains par leurs auteurs importuns qui brisaient toutes les consignes, pour paraphraser longuement l'esprit de leur œuvre, pitoyables à force de raisonnements... On sonnait... on sonnait, on sonnait; dix ouvrages, quinze ouvrages montaient ainsi chaque jour chez Ariste, qui sentait sombrer tristement sa foi et mollir son courage.
Il n'était point de ceux qui se disent : je lirai tel livre signé d'un nom estimable et je négligerai les autres; il était bien, au contraire, attiré vers les inconnus, vers les jeunes, vers les fiers qui venaient à lui sans juger utile de maculer d'une banale dédicace la virginité des faux-titres; il se disait que parmi tant de romans, tant d'œuvres diverses d'histoire, de mélanges et d'érudition, il y avait à n'en point douter des justices à faire, des écrivains à révéler, peut-être des chefs-d'œuvre à mettre en lumière mais il était vaincu, vaincu par le temps, vaincu par la place réservée à ses articles, vaincu par la production incessante, vaincu en un mot par l'impossible.
Il en arriva à se fier au hasard, à faire la part du feu et de l'oubli il éprouva le vide et la misère de sa profession, et, lorsqu'il tentait de revenir à ses lectures anciennes, à ses auteurs de prédilection, aux véritables maîtres de notre tradition littéraire, il apercevait le néant de ses efforts et regrettait amèrement le temps pour ainsi dire gaspillé sans fruit à batailler en mercenaire pour le compte d'autrui, les heures perdues à se créer des ennemis et des ingrats, tant de phrases écrites sur les nuages qui passent, alors qu'il eût pu concentrer ses forces, les discipliner et surtout conserver sa religion de lettré, pour s'encloîtrer dans un travail de rêveur, qui l'eût fait heureux, grand à ses propres yeux et surtout indépendant des œuvres de tous.
Ariste le critique, c'est aujourd'hui X, Y, ou Z, c'est mon voisin, c'est moi-même, ce sont tous ces lapidés misérables qui reçoivent sur le crâne les quinze ou dix-huit cents volumes dont les presses, comme autant de frondes, les accablent chaque année. — Gloire à ces écloppés, chez qui vibre encore l'amour du beau; ils sont restés conducteurs, s'ils n'ont pu se montrer révélateurs mais, au soir de la vie, plaignons-les, car la tristesse les gagne et ils ressemblent à tous ceux qui ont prêté leur dos comme échelon au succès d'autrui. Ceux qu'ils ont aidés dans leur ambition, du haut de leur Olympe glorieux, les regardent hautainement comme les parias du paradis lettré.

 

*
*  *

 

Je me suis essayé à démontrer l'état moral de l'écrivain dans la pullulation bibliographique du jour et à peindre l'inanité des efforts du critique puritain au milieu du dévergondage des impressions fourmillantes de ce temps. La situation du public, qui est plus sage, a-t-on dit, que le plus sage des critiques, n'est pas moins lamentable; écœuré par la réclame, berné par les comptes rendus hâtifs, désabusé de toutes parts, il apparaît comme le Géronte de la comédie entre Léandre et Scapin; il endosse tous les mécomptes et paye les frais de tous les mauvais tours qu'on lui joue. Perdu parmi tant d'ouvrages et de boniments qui violentent son attention, il devient le plus souvent la proie d'un troisième rôle, très retors et très insinuant, qui est le libraire. Celui-ci possède toutes les influences du dernier ressort, on va à lui en confiance et avec ingénuité, sans se douter de ses sympathies ou antipathies aveugles, et on prend ce qu'il donne, en mouton de Panurge, sur l'assurance que ça se vend. — Le pauvre public est à la fois le jouet des amitiés littéraires et des réclames payées en dehors de quelques écrivains sincères dont il adopte volontiers le jugement sans remords, il ne croit plus à rien; il lui semble vivre dans une société de pick-pockets et il se fait voir chaque année plus méfiant, plus indifférent, plus lassé.
Certes, je ne saurais y contredire, il y a de quoi; — à force d'acheter des livres qu'on lui signale et qu'il repousse à la lecture le plus souvent avec dégoût ou ennui, il est saisi d'un vertige intellectuel assez semblable à ces vertiges d'estomac des dyspeptiques qui ne savent plus à quel aliment vouer les malaises de leur appétit de la boulimie initiale, il tombe dans la bradypepsie, et de la bradypepsie dans l'apepsie, et de l'apepsie dans la dysphagie rien ne passe plus; le lecteur apporte une circonspection extrême avant de se lancer dans la lecture de 300 pages d'un roman où il est presque assuré de rencontrer, complaisamment étalées en tartines, les échantillons de tous les excréments d'humanité, les bassesses, les lâchetés de tout ordre, et où il craint de subir la description de la dégradation de l'homme par la femme, sous prétexte de documents, de grand art et de style.
Franchement il regrette aujourd'hui lés fictions chevaleresques, les contes aventureux, les Don Quichottades romantiques, les folles équipées des romans d'action. qui naguère hëroïnaient son imagination maintenant qu'on le traîne dans le terre à terre, qu'on le fait barboter dans les eaux de vaisselle et qu'on l'angoisse dans des transpirations malsaines, il éprouve le cauchemar de toutes ces « joies de vivre », et il proteste avec une certaine raison, il faut en convenir.
La lecture ne le sort plus du train-train sombre de sa vie journalière, elle ne l'élève point dans des idéals qui le dématérialisaient durant quelques heures; il ne voit qu'une sténographie ou une photographie des vices inélégants. Alors, bien qu'à son esprit défendant, il revient a M. Ohnet, comme il reviendrait peut-être à Rocambole, car il préfère ces choses inoffensives et sans odeur aux talents trop parfumés, à l'assa-fœtida qui est de mode.
Doit-on s'étonner, cela étant, de la maladie grave qui sévit sur le monde de la librairie ? Se figure-t-on prendre les mouches avec du vinaigre ? — Nous subissons en ce moment tous la loi des peuples vaincus et décadents qui ne savent point se relever, fût-ce par un acte de folie ou de sublime désespoir, et nous restons couchés à terre dans la contemplation et l'analyse de nos déjections, amollis, veules, démoralisés.
Nous ne regardons plus s'élever la vieille alouette des Gaules qui montait, montait encore, montait toujours, planant et chantant dans la lumière; nous nous enfouissons peu à peu de nos mains avec un orde raffinement que nous pensons être encore de l'Art, et, lentement, nous nous ankylosons, en notant par dilettantisme nos hoquets, nos senteurs et nos râles comme les nymphomanes, jusqu'à l'heure prochaine de la grande agonie finale ou du « tout à l'égout ».

 

*
*  *

 

Je ne suis certes point optimiste, mais voudrais pouvoir espérer. Je ne sais si le grand public éprouve la sensation de découragement qui se dégage des conclusions de cette étude, mais je le perçois vaguement-sali, volé, conspué, étourdi, ne sachant plus à qui confier ses loisirs et ses délicatesses d'esprit, il me paraît que le vrai et seul contribuable de la librairie ne doit point affirmer ses sentiments dans la formule du docteur Pangloss, et que lui aussi attend, sinon un coup de balai final, du moins un relèvement de l'esprit de fiction..., moins de livres et plus d'œuvres et surtout moins de vidanges sociales et plus d'aérostation morale; — un écrivain, digne de ce nom, a mieux que des yeux et un odorat, il a une âme qui demeure comme l'apôtre de son beau idéal; mais le beau moderne, dans le roman documenté, c'est franchement un peu trop le laid. Je réclame moins de préciosité dans le sale et plus de propre dans le figuré. Hélas! les pires modèles ont plus d'imitateurs que les bons. Puissions-nous bientôt revenir à l'Astrée et aux bords du Lignon !

 

Classé dans : Lectures - Mots clés : livres, bibliophilie, publicité littéraire, Octave Uzanne - aucun commentaire

A propos

Blog de Grégory Haleux
contact :
ellipse_et_laps[at]yahoo.com

[lire la fuite]


Catégories

Derniers commentaires

Archives

Mots clés

RSS